Dépistage rapide, nouveaux moyens de prévention, fin de l’épidémie… Cette année, plus que jamais, la journée mondiale de lutte contre le sida apportera son lot de découvertes, de réflexions et de révolutions. De nouveaux horizons se dessinent pour les 34 millions de personnes qui vivent aujourd’hui avec le VIH dans le monde. Le 1er décembre 2011, AIDES rend hommage à la mémoire des 30 autres millions qui nous ont quitté et organise près de deux cents rendez-vous solidaires pour ceux qui continuent de se battre.

Un militant, un doigt, 30 minutes : le dépistage rapide continue de séduire

Après des années de recherche, le dépistage communautaire à résultat rapide, aussi appelé TROD pour test rapide d’orientation diagnostic, offre enfin la possibilité de se faire dépister par un militant, dans les locaux de l’association ou en milieu extérieur, et d’obtenir un premier résultat de sa sérologie du VIH en moins de trente minutes ! Le 1er décembre 2011, venez découvrir cette pratique en compagnie de nos militants formés. En Ile-de-France, rejoignez-les dans le bus de la Semaine de la Prévention (4e arr. de Paris), devant la gare RER de Saint-Denis (11h-16h), devant la gare de Versailles-Chantiers (16h-19h) ou encore au 13 rue de la Gare à Châtillon (15h-19h).

A Bordeaux, on tend son index dès 11h30 au centre LGBT Le Girofard puis, à 14h, l’action continue au local AIDES de la ville. Le même journée, AIDES Clermont-Ferrand proposent différents événements avec dépistage rapide, à 15h30 à l’espace LGBT de la ville, au foyer qui accueille les travailleurs migrants puis sur les principaux lieux extérieurs de drague gays dans la soirée. Permanences spéciales "TROD" dans les locaux du CAARUD / CSAPA à Agen (9h-12h et 14h-17h), au Relais Prévention Santé de Vannes (17h30-19h30), dans les locaux AIDES de La Roche-sur-Yon (15h-20h) et synchronisation des équipes en Poitou-Charente devant les mairies de Poitiers, Angoulême, La Rochelle et Niord de 14h à 18h.

Au Nord, AIDES Lille propose un atelier santé et TROD au foyer ARELI Bonte qui héberge des travailleurs migrants (15h-18h) et dans le bar gay Le Privilège de 17h à 20h. Quelques kilomètres plus loin, ça se passe dans les locaux de AIDES Valenciennes (14h-17h) et, beaucoup plus loin, au sauna Le Sun City de Lyon (18h à 20h). Pour célébrer l’inauguration de leurs nouveaux locaux, les militants de Toulon tenteront de dépister un élu politique dans les locaux de la ville (11h-13h), tout comme les militants de Reims qui espèrent la participation de la mairesse Adeline Hazan. Enfin, la Guyane a réservé sa matinée avec information et dépistage dans les locaux AIDES de Saint-Laurent du Maroni (9h-12h) !

Marches, conférences, flashmobs : opération "visibilité"

Top départ de la célèbre marche parisienne à 18h30, place de la Bastille, pour se faire entendre des candidats aux élections présidentielles avec le slogan "Sida 2012 : battre la campagne !" A la même heure, les lyonnais entament leur marche, qui partira de la place Bellecourt pour s’achever une heure plus tard, place des Terreaux, par une chaîne de solidarité humaine. A Montpellier, le rassemblement solidaire est organisé la veille, mercredi 30 novembre 2011, à 18h, place Jean Jaurès.

Après le dépistage rapide, les militants de Toulon enchaînent avec un débat sur la mobilisation et les nouveaux enjeux liés au VIH (14h30-17h), ceux de la Roche-sur-Yon vous donnent rendez-vous au centre hospitalier du département pour une exposition qui retrace "25 ans de lutte contre le sida" puis, le 3 décembre, Villeurbanne accueille la conférence "Jeunesse et santé" avec la participation de l’Association ivoirienne pour la promotion éducative et la santé (AIPES) et de Joseph Situ, responsable des actions "Migrants" à AIDES.

Enfin, après le Flashmob qui a eu lieu le 26 novembre au Mans, d’autres Flashmobs s’organisent le 1er décembre en hommage aux 30 millions de personnes qui sont décédées des suites du sida et par solidarité avec les 34 autres millions qui vivent avec le VIH aujourd’hui. A Rennes, à 18h30, "nous formerons ensemble le nombre 30 sur l’esplanade Charles de Gaulle pendant quelques minutes; avant de former un grand ruban rouge, symbole de lutte contre le VIH, pendant quelques minutes également." A Orléans aussi, t-shirt rouge obligatoire : le ruban rouge humain prendra forme à 13h sur place d’Arc.

Aides
  

Vous êtes plutôt bars, ciné, concerts ?

Si, pour vous, faire une B.A. rime avec fiesta, rendez-vous dans les établissements communautaires partenaires de AIDES. Dès 19h, après l’après-midi TROD, les militants de Valenciennes proposent une soirée festive en présence des très aguichantes Sœurs de la Perpétuelle Indulgence.

A Reims, les associations LGBT étudiantes "Egayons-nous" et "Homozygotes" la jouent en musique et organisent deux concerts au profit de AIDES. Après le concert de "Pony Club", le 30 novembre à la Reims Management School, rendez-vous le 1er décembre au centre LGBT Ex æquo pour le celui de "Obel" et de "King’s Queer".

A Rouen, journée spéciale au Cinéma LOMNIA avec la projection de trois films-documentaires suivis d’un moment de débats (séances à 9h30, 14h et 20h) puis tournée des bars gays de 19h à 21h avec information sur les stratégies de réduction des risques et sur le dépistage rapide. Même chose au Havre avec une soirée AIDES au bar gay Le Jocks à 22h. Le 3 décembre 2011, les militants de Belfort débarquent aux bars L’Annexe et Le LG’S, puis on file au Klub La Suite pour la soirée Isinight du collectif régional de prévention sida !

Roman gay

Numéro 1 des ventes dès sa mise en ligne, "Des Chiens" de Mike Nietomertz (9,90€ / éd. EGL) est disponible. Voici un extrait:

« — C’est tellement facile pour les gays, chuchotent entre eux deux hommes dans mon dos. » Et quand je me retourne « Non mais c’est vrai, ils peuvent coucher quand ils veulent, n’importe quand, n’importe où et avec n’importe qui… »
À celui qui parle, je demande « Comme des chiens ? » Devant son air ahuri, je poursuis « Non c’est vrai, les chiens se reniflent le cul avant de baiser entre eux. Nous, les pédés, on ne se renifle pas forcément le cul avant. »
Il hoquète, un rire gras un peu forcé, son verre de champagne à bas prix à la main. Il le porte à sa bouche.

« — Remarquez, je poursuis, les chiens ne se reniflent le cul que pour être sûr que c’est une chienne, nous on sait tout de suite quand on a affaire à une chienne. On a juste du mal à savoir quand on a affaire à un chien, mais c’est pareil pour tout le monde, non ? »

"Des Chiens", Mike Nietomertz (éd. EGL)
Achat en ligne sur Adventice.com. Des chiens, Mike Nietomertz. Livraison rapide.
http://www.adventice.com/store/detail/72644/mike-nietomertz-des-chiens.html

 

 

Moto en Provence

Sortie de la première application I-Phone " Moto PACA ". Cette application est gratuite et permet de faire découvrir à tous les motards des itinéraires de 90 à 400km en Provence-Alpes-Côte d’Azur. 

Les partenaires de la filière (Hébergeurs, restaurateurs et professionnels de la moto) qui jalonnent les itinéraires sont présents par l’intermédiaire de pictogrammes et d’un texte de présentation de l’établissement. Vous pouvez également retrouver les stations essences, ainsi que les principaux sites et monuments touristiques à proximité.

De plus, l’application offre la possibilité aux mobinautes de poster leurs propres itinéraires motos et de les partager par mail, SMS et par Facebook à leur communauté.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’application "Moto PACA" sur Apple store ou en cliquant ici.

 

 Le nouveau musée Cocteau de Menton, conçu par l’architecte bandolais Rudy Ricciotti, présente l’œuvre du poète sous toutes ses facettes, des années 1910 aux années 1950.

Musee Cocteau MentoinTout nouveau et très beau, ce nouveau musée rend hommage à Jean Cocteau, cet artiste « touche à tout », peintre, poète, dramaturge, cinéaste… Le génie de son temps trouve un  lieu à sa mesure situé en front de mer. Une architecture d’envergure imaginée par Rudy Ricotti  faite de béton blanc et verre fumé.

250 oeuvres sont exposées et seront renouvelées chaque année.

Divisé en sept séquences, son parcours chronologique et thématique retrace les grandes étapes et rencontres de la vie et de l’œuvre de Jean Cocteau.

Toutes ses périodes sont illustrées pour offrir au visiteur une vision complète de son art. Les peintres de l’entourage de Cocteau, Picasso et Modigliani, Miro, Foujita, De Chirico ou encore Sarah Bernhardt, y sont également représentés.

Le Musée Jean Cocteau Collection Séverin Wunderman
2, quai Monléon – 06500 Menton
Tél. 04 89 81 52 50.

 

La métropole de Berlin est un haut lieu de la fête et se caractérise avant tout par une chose : sa grande diversité. Ici, chaque quartier possède sa propre identité et son propre centre. Si bien que quand les Berlinois parlent de leur « Kiez », il s’agit de « leurs rues », celles qui donnent vie à « leur quartier » et où se passe leur vie quotidienne. Eh oui, de petits villages, quand il y en a beaucoup, font aussi une grande ville. Et celle-ci est un vrai melting-pot des cultures, pleine de contrastes et profondément sympathique.

Le milieu gay à Berlin compte plus de 100 établissements, répartis essentiellement dans quatre arrondissements. Ceux-ci se trouvent tous dans le centre de Berlin et sont facilement accessibles par les différents moyens de transport en commun.
Le centre historique de la vie gay se trouve dans l’arrondissement de Schöneberg, aux alentours du « Nollendorfplatz ». Ce quartier offre une belle panoplie de bars, saunas et autres établissements, de telle sorte que tout le monde y trouve son compte, quel que soient l’âge et les prédilections. Ceci est également vrai pour l’arrondissement de Prenzlauer Berg qui était déjà le centre du milieu gay de Berlin Est avant la chute du mur. Son arrondissement voisin de Kreuzberg (Oranienstraße) propose des établissements plutôt alternatifs et orientés vers une pensée de gauche. Friedrichshain est surtout populaire chez les très jeunes.

D’une manière générale, à Berlin, on ne fait pas de différence entre hétérosexuels et gays. Surtout dans les « centres gays » Kreuzberg, Schöneberg, Mitte, Friedrichshain et Prenzlauer Berg où des couples gays ou lesbiens s’affichent aussi naturellement que les tandems classiques de sexes opposés. Dans ces quartiers, l’homosexualité fait tout simplement partie intégrante de la vie quotidienne. En revanche, ceci est beaucoup moins vrai pour certains arrondissements plus excentrés se trouvant dans l’est de la ville (Marzahn, Lichtenberg…). Ici, des éléments du milieu d’extrême droite peuvent rendre la vie difficile aux gays et lesbiennes. Il est donc recommandé de ne pas afficher son affection en public.

Visites
Berlin propose plus de 170 Musées et une quantité impressionnante d’autres sites d’intérêt variés. En voici quelques-uns à ne rater sous aucun prétexte :
– La Museumsinsel (l’île des musées) se trouve dans l’arrondissement Mitte, entre le Kupfergraben et la rivière de la Spree, et regroupe 5 musées remarquables : le Pergamonmuseum, le Bodemuseum, le Alte Museum, le Neue Museum et le Alte Nationalgalerie. En 1999, l’unique ensemble architectural et culturel de la Museumsinsel a été déclaré patrimoine mondial par l’UNESCO. Fortement détruite pendant la Seconde guerre mondiale, la Museumsinsel se trouve toujours en cours de restauration. Il s’agit d’un endroit captivant proposant en plus une rencontre inattendue dans l’Alte Museum : c’est ici que la belle Néfertiti vous attend.
– Le Reichstag (siège du gouvernement allemand) se trouve également dans l’arrondissement Mitte. Entre 1994 et 1999, la bâtisse historique a reçu une coupole en verre de la main de l’architecte Sir Norman Forster, dans laquelle on peut même se balader. Visites tous les jours de 8 à 24 heures, dernière entrée à 22 heures. – La Eastside-Gallery dans l’arrondissement Friedrichshain, c’est 1.316 mètres de Mur de Berlin conservés, peints par 118 artistes venant de 21 pays. Depuis 1991, la plus grande galerie en plein air du monde est classée monument protégé.

 

Berlin gay & gay-friendly

Bars
– Anderes Ufer Hauptstraße 157, 13159 Berlin – Schöneberg, métro 7 Kleistpark Le « Andere Ufer » (en français « autres rivages ») se trouve un peu à l’écart des centres gay et propose une ambiance créative et agréable… L’après-midi, c’est un endroit idéal pour lire et « papoter » tranquillement. Le soir, l’établissement prend davantage le caractère d’un bar gay.
– Café bistro bar Beguine – lieu de rendez-vous et culture pour femmes Potsdamer Str. 139, Berlin-Schöneberg, métro 2 Bülowstraße, fermé le dimanche Ambiance sympathique et une cuisine agréable et légère
-Bierhimmel Oranienstrasse 183, Berlin-Kreuzberg, métros 1 et 8 Kottbusser Tor Bon point de départ pour une nuit en ville. La partie antérieure de l’établissement est réservée à un café proposant des gâteaux et tartes ainsi qu’un vaste choix de bières. A l’arrière se trouve, plus intime, la bar à cocktail « Love Lounge »
– Sonntags-Club Greifenhagener Str. 28, 10437 Berlin-Prenzlauer Berg, métro 2 et S-Bahn 8 Schönhauser Allee Un point de rendez-vous avec histoire pour bisexuels, gays et transsexuels : ce centre existait déjà au temps de la RDA, clandestinement, à cause de la répression exercée par l’état…
– Café Amsterdam Greifenhagener Str. 24, 10437 Berlin-Prenzlauer Berg, métro 2 Schönhauser Allee Petit café bien cosy avec bar à cocktail

Discothèques
Blu
Neue Schönhauser Str. 20, 10178 Berlin-Mitte, métro Weinmeister Straße
Club « en vogue » avec bar à cocktail et une petite piste de danse

GMF
c/o Café Moskau, Karl-Marx-Allee 33, 10178 Berlin-Friedrichshain, métro Schillingstraße
Des bons DJ, un club populaire, du charme à la socialiste

SO 36
Oranienstrasse 190, Berlin-Kreuzberg, métro Kottbusser Tor / Görlitzer Bahnhof
Clientèle mélangée à tendance alternative dans un club bien riche en tradition… Informations actualisées concernant le programme sur le site www.so36.de

Die Busche
Mühlenstr. 11-12, 10243 Berlin-Friedrichshain, métro et S-Bahn Warschauer Straße
Discothèque en face de la East Side Gallery, fréquentée par un public jeune. Principalement de la musique pop

Plages et rivières
– Strandbad Müggelsee (plage au bord du lac Mügglesee) S-Bahn Friedrichshagen, tram Fürstenwalder Damm / Müggelseedamm
– Teufelssee (plage au bord du lac Teufelssee)
S-Bahn Grunewald, ensuite environ 15 minutes à pied
– Strandbad Müggelsee (plage au bord du lac Müggelsee) S-Bahn Nikolassee, ensuite prendre le bus jusqu’à la plage située juste derrière la zone naturiste
– « Tuntenwiese » (parc) A Mitte, proche Siegessäule / Großer Stern, entre Hofjägerallee et Straße des 17. Juni, Métro Hansaplatz. Naturisme possible
– Volkspark Friedrichshain (parc) Aux alentours du « Märchenbrunnen » (« la fontaine des comptes »)
– Viktoriapark (parc)

Organisations
Allgemeine Homosexuelle Arbeitsgemeinschaft e.V. – AHA-Berlin e.V. (groupe de travail homosexuel)
Mehringdamm 61, 10961 Berlin, Tel : +49 (0)30 692 36 00

Mann-O-Meter e.V.
Bülowstraße 106, 10783 Berlin-Schöneberg, métro Nollendorfplatz, Tel : +49 (0)30 216 80 08 et +49 (0)30 215 70 78, heures d’ouverture : lundi à vendredi 17 à 22 heures, samedi et dimanche 16 à 22 heures

Office de Tourisme de Berlin
www.berlin-tourist-information.de

Article rédigé par Harriet Hagebaum-Reignier
PROSUDCOM

www.prosudcom.com

 

Noel colmar

Venez visiter les marchés de Noël de cette cité aux charmes fous. Décorations, illuminations, animations, artisans et producteurs locaux de qualité, c’est la Magie de Noël à Colmar.

Partout où le regard se pose, ce ne sont que des vitrines et maisons décorées,des successions de rues et de ruelles animées où se mêlent des odeurs d’orange et de cannelle. A la tombée de la nuit, un subtil jeu de lumière vient souligner les innombrables richesses architecturales allant du Moyen-âge au 19ème siècle.

Marché de Noel à Comar
du 24 /11 au 31 /12/2011

De dimanche à jeudi: 10h à 19h
Vendredi et samedi: 10h à 21h
Ouverture le jeudi 24.11 à 10h
Fermeture le samedi 31.12 à 17h.
Samedi 24.12:  ouverture de 10h à 17h

L’office du tourisme de Colmar vous renseigne sur les séjours en fonction de vos envies: 03 89 20 68 92 ou info@ot-colmar.fr

Du beau, du bon, du très chic et du pas cher, douze idées de cadeaux à glisser sous le sapin pour toute la famille. Suivez le guide !

Pour ma tendre grand-mère.
Boutis « Aspen » en coton imprimé
50 x 148 cm
Alinéa – 14,50 €

Pour ma maman chérie.
Coffret « Les Orientalistes » en cuir blanc, édition limitée, de trois précieuses senteurs (100ml) : Ambre Fétiche, Myrrhe Ardente et Encens Flamboyant,
Annick Goutal – 500 €

Pour mon adorable nièce.
Peluche Hello Kitty en exclusivité
pour les Galeries Lafayette
Sanrio – 19,90 €

Pour mon neveu joueur.
Jeu de société « Poursuite en cuisine »
pour revivre les aventures de Rémy
à partir de 4 ans – Mattel, 35 €

Pour mon papa chanteur.
Pull « Rock Me » en laine et cachemire, existe en noir et gris – Monoprix – 49,90 €

Pour ma soeur fan de déco.
Vase « Vérone » en fer martelé
diamètre 39,5 cm – Alinéa – 39€

Pour mon tonton gourmand.
Coffret collector, Le véritable petit
ourson guimauve, en édition limitée
Starmust au Lafayette Gourmet – 25 €

Pour mon élégante tata.
Coussin en coton brodé
Home Autour du Monde
le 40 x 40, 55€ et le 40 x 60 – 70€

Pour ma cousine modeuse.
Sérigraphie sur papier réalisée à la main et numérotée, 30 x 40 cm – Atelier LZC – 55 €

Pour mon cousin promeneur.
Sac à dos en cuir, boucles en laiton vieilli, deux poches frontales, capacité de 16 litres, Natures & Découvertes – 149 €

Et pour moi aussi !
Sac à Dos de « Pique-nique gascon », comprenant un set de vaisselle en inox pour quatre, un foie gras de canard entier de Gascogne de170g, des mini-saucisses de Toulouse au thym et au piment d’Espelette de 120g, un émincé d’oie à la graine de moutarde, des biscuits apéritif feuilletés, une terrine de canard au mendiant de 65g, une terrine de lapin au basilic de 65g, une terrine de truite aux amandes de 180g, une terrine à l’oie de 130g, une terrine de cerf à l’Armagnac de 190 g, un canard à l’orange aux écorces d’agrumes confits de 600 g, des macarons aux éclats d’abricots confits, un pot de confiture de châtaignes zestes d’orange, des écorces d’oranges confites enrobées de chocolat, une bouteille de Sainte-Croix-du-Mont Blanc liquoreux, une bouteille de Saint-Emilion rouge « Château Puy Fombrauge » AOC, Ducs de Gascogne – 129,90 €

 

Points de vente
Alinéa – www.alinea.fr
Annick Goutal – www.annickgoutal.com
Atelier LZC – www.atelierlzc.fr
Charles Heidsieck – infos et vente au 03 26 84 43 50
Ducs de Gascogne – www.ducsdegascogne.com
Galeries Lafayette – www.galerieslafayette.com
Home Autour du Monde – www.autourdumonde.com
Mattel en GMS et magasins spécialisés
Monoprix – www.monoprix.fr
Nature & Découvertes – www.natureetdecouvertes.com

Festival film gay et lesbien

Festival Film gay et lesbien de Saint Etienne 2011 : demandez le programme !

> Samedi 19 novembre
Séance "hors les murs" à l’espace Renoir à Roanne en préfiguration du Festival…

> Jeudi 24 novembre
Soirée d’ouverture avec "Notre Paradis" de Gaël Morel en présence de l’équipe du film au cinéma Le Méliès

> Vendredi 25 novembre
Projections au cinéma Le France, soirée courts-métrages à la cinémathèque de Saint-Etienne

> Samedi 26 novembre
Projections au cinéma Le France, spectacle "Angels in America" à l’Opéra-Théâtre et soirée officielle au G-Club

> Dimanche 27 novembre
Projections au cinéma Le France et clôture avec le palmarès au Trader’s

Le programme complet est disponible sur le site web.

Les billets sont en vente !

Association FACE à FACE
Festival du film gay et lesbien de Saint-Etienne
Cinéma LE FRANCE – 8 rue de la Valse – 42100 Saint-Etienne
Téléphone : 06 29 43 01 20
Mail : faceaface.stetienne@free.fr
web : www.festivalfaceaface.fr

Le village Saint Paul est véritablement un village au coeur du Marais entièrement dédié aux antiquités et au design. Situé derrière la très belle église baroque Saint Paul, on y accède par de petits passages entièrement piétonniers, entre la rue de Rivoli, et son prolongement rue Saint Antoine et les quais de Seine.

C’est un endroit merveilleux pour flâner et chiner. De la simple brocante aux antiquités de toutes les époques et depuis peu, grâce à l’ impulsion de l’association des commerçants du Village Saint Paul et de la mairie du 4ème, on y découvre de plus en plus de jeunes créateurs et designers pour la maison qui viennent compléter l’offre déjà très riche d’objets décoratifs de tous styles. Il est de bon ton de marchander pour les objets anciens ou la brocante mais pas pour les objets design qui sont souvent des créations uniques.

À la sortie Ouest du Village vous découvrirez un long mur de pierre garni de tourelles, il s’agit de la partie majeure qui subsiste des fortifications de Philippe Auguste datant du 11ème siècle. À cette époque Paris avait seulement la taille des six premiers arrondissements. La cité était fortifiée et ressemblait à ce qu’est encore Carcassonne aujourd’hui. Aujourd’hui la seule vraie fortification de Paris est symbolique et est constituée par le boulevard périphérique qui marque en quelque sorte un frontière financière entre Paris et sa proche banlieue, le prix de l’habitat poussant toujours plus loin les parisiens loin du centre historique. Côté Seine, se trouve le Pont Marie qui permet d’accéder à l’île Saint Louis. Avant de traverser, faites une pause à l’Hôtel de Sens, ancienne demeure de l’Archevêque de Sens, qui est aujourd’hui la bibliothèque Forney. Une visite courte s’impose pour découvrir son magnifique style gothique et début renaissance. Vous aurez l’impression d’être en Vallée de la Loire.

Passez le Pont, et vous voici dans l’endroit le plus cher de la capitale. 70 % des résidents sont des acquéreurs étrangers, principalement américains, qui adorent ce coin de Paris. Vous tomberez sous le charme des petits restaurants parfois trop touristiques, des glaciers célèbres comme Berthillon où vous ferez la queue pour déguster en toutes saisons les plus délicieux sorbets… Ne manquez pas non plus les concerts classiques de la superbe église Saint-Louis en l‘île. Une balade extraordinaire et romantique. Traversez le Pont Saint Louis et vous vous trouverez dans l’île de la Cité où se trouve Notre-Dame fraîchement rénovée et nettoyée. À la pointe Sud de l’île se trouve un mémorial aux victimes du nazisme. Évidemment ne manquez pas d’entrer à Notre-Dame en longeant le charmant Square Jean XXIII.

Savez-vous qu’au moyen-âge Notre Dame était entièrement peinte intérieur et extérieur en couleurs vives et chatoyantes? Vous découvrirez aussi en traversant le palais de justice une autre merveille de l’art gothique et ses vitraux majesteux aussi célèbres que ceux de Chartres : La Sainte Chapelle. L’entrée est payante et certains concerts classiques prestigieux y sont organisés.En retraversant la Seine devant le Châtelet et les tours de la Conciergerie, faites une pause au marché aux fleurs. Orchidées, géraniums, plantes aromatiques, fleurs coupées ou en pot. Tout pour fleurir vos balcons et faire plaisir à ceux que vous aimez. Une institution pour tous les parisiens qui se font une fierté d’avoir toujours leurs fenêtres fleuries.

avec www.parismarais.com

 

Sortir des sentiers battus… intelligement !

Tourisme durable, écotourisme, tourisme équitable… la tendance du voyage est au vert. Mais bien plus qu’une mode, ce phénomène répond à un besoin urgent de préserver nos sites touristiques…

Depuis plus d’une dizaine d’années, les touristes, toujours plus nombreux, cherchent à s’éloigner des foules, des hôtels HLM, des bords de mer bétonés, ou du voyage en groupe trop encadré. Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, les flux touristiques devraient doubler à l’horizon 2010. Dans ce cadre, le tourisme pourrait devenir une cause de pollution majeure des trésors de la planète. On parle souvent de ces pionniers du tourisme qui tentent de développer telle ou telle forme de tourisme dans une contrée méconnue à l’autre bout du monde. Si la France ne compte plus guère de centimètres carrés inexplorés, il n’en demeure pas moins indispensable de préserver ce
patrimoine qui fait vivre près de 15% de la population… et revivre ceux qui s’échappent de leur quotidien pour prendre un bol d’air… Alors voilà : pour avoir encore longtemps le loisir et le privilège d’observer faune et flore de nos campagnes, fonds marins des littoraux, ne pas transformer toutes nos côtes en résidences-vacances, défigurant définitivement les paysages qui, de fait, n’attireront plus les touristes du monde entier, il nous faut repenser nos comportements de touristes consommateurs et de/ou d’acteurs du tourisme local.

« Take only pictures, leave only footprints »
« Ne prenez que des photos, ne laissez que des traces de pas », c’est la maxime que l’on peut lire à l’entrée de chaque parc naturel américain. Bien que l’Amérique ne compte pas parmi les modèles écologiques les plus
aboutis – loin s’en faut – il faut reconnaître que le principe et la formule sont louables. En d’autres termes, il est urgent d’apprendre à nous passer de nos douches quotidiennes en pleine nature avec des savons chimiques ultra-polluants, à ne plus jamais jeter quoi que ce soit, même lorsque d’autres l’ont largement fait avant nous… Préserver la nature, c’est déjà bien, mais choisir un mode de tourisme qui répond à des valeurs de développement durable, c’est mieux.

Voyager différemment, mieux, utile…
Pour faire face au développement sauvage du tourisme de masse qui rompt trop souvent l’équilibre fragile des écosystèmes locaux, de nouvelles offres de tourisme voient le jour pour touristes solidaires et responsables. Les opérateurs de tourisme dits « de nouvelle génération » ont une triple exigence : proposer de réels produits touristiques attrayants, promouvoir les comportements responsables, et développer un tourisme qui favorise la préservation des cultures et de l’environnement. Ils doivent également développer une activité économique qui sert réellement les intérêts des communautés locales. Alors même que l’individualisme est exalté par nos sociétés consuméristes et que les valeurs d’échange et de partage sont ringardisées et reléguées aux idéologies post soixante-huitardes, il semblerait que la nature décide à notre place : plus question d’envisager le développement économique et touristique sans poser les questions de la préservation de l’environnement.
Qu’on soit voyageur ou professionnel du tourisme, il est des attitudes et des choix citoyens à faire. La plupart relèvent du bon sens et de nombreux organismes et associations s’en font le porte-parole. Les outils existent, reste à les découvrir (avec, notamment, les sites et organismes que nous vous proposons ici) et propager l’idée de voyager intelligemment.

 

PETIT ABRÉGÉ DU TOURISME RESPONSABLE ET SOLIDAIRE

Durable, équitable, éco, quelle différence ?
Pour définir cette nouvelle façon de voyager, les termes ne manquent pas, mais ils ne signifient pas tous la même chose…

Le tourisme durable :
Selon l’OMT, le tourisme durable est une façon de gérer « toutes les ressources permettant de satisfaire les besoins économiques, esthétiques et sociaux et de préserver l’intégrité culturelle, les écosystèmes, la biodiversité et les systèmes de soutien de la vie ». Le produit touristique doit donc répondre aux exigences de respect à long terme de l’écosystème, de viabilité économique et d’équité sur le plan éthique et social pour les populations locales.

Le tourisme équitable :
Ce terme désigne l’ensemble des activités de services, proposées par des opérateurs touristiques à des voyageurs responsables. Les activités sont élaborées en grande partie ou en totalité par les communautés d’accueil qui en conservent la maîtrise. Les bénéfices sociaux, culturels et financiers, dont les intermédiaires sont réduits au plus petit nombre, sont perçus en grande partie localement, et sont équitablement partagés entre les membres de la population autochtone.
L’écotourisme :
L’écotourisme est «une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de
l’environnement et au bien-être des populations locales» (International Ecotourism society). Les buts de ce type de
tourisme sont : l’observation de la nature et des cultures dans les zones naturelles, avec une dimension éducative. Ce tourisme se pratique généralement en groupes restreints.

A LIRE

Comment chier dans les bois ?
Pour une approche environnementale d’un art perdu
Éditions Édimontagne
Sous un titre un peu grivois, Kathleen Meyer propose un ouvrage tout à fait sérieux qui nous apprend, à chaque page, comment préserver la nature lorsque l’on s’y promène ou qu’on y campe. Cet ouvrage nous explique, entre
autres, pourquoi il est indispensable de traiter nous-mêmes nos déchets et comment s’y prendre.

 

Touriste ou professionnel du tourisme
comment s’engager ?

Créée en 2000, l’association « Citoyens de la terre » a pour but d’informer et réaliser des actions concrètes en faveur de l’éducation à l’environnement et du développement durable. Depuis la première mission de soutien à la préservation d’un parc naturel au Costa Rica, ils ont fait du chemin. La démarche de tourisme durable ne concerne pas que les contrées oubliées à l’autre bout du monde. Il s’agit en fait d’inciter tous les acteurs du tourisme (professionnels et consommateurs) à prendre conscience de leur impact sur l’environnement et les guider vers des pratiques plus respectueuses. Notamment, pour les hébergements, CDT propose une grille d’évaluation de 65 critères environnementaux. Aujourd’hui,ils concentrent leurs actions autour du bassin méditerranéen et du quart Sud-Est de la France. En effet, la région a vu sa démographie et son nombre de visiteurs exploser dans les années
50, une évolution récente et brutale qui a un impact direct très important sur l’environnement : urbanisme, traitement des déchets, utilisation de l’eau, pollution de l’air, etc. Les Citoyens de la terre cherchent donc des solutions qui favorisent le développement touristique en prenant en compte le facteur environnemental. Ils proposent des actions d’information, des débats et des actions concrètes avec les acteurs du tourisme soucieux de préserver leur patrimoine naturel et culturel. Toutes les informations sur leur site :
http://www.eveil-tourisme-responsable.org

 


Sur le web…
http://tourisme-durable.net
www.actionconsommation.org
www.ritimo.org
Union Nationale des Associations de Tourisme et de Plein Air
www.unat.asso.fr
www.tourismesolidaire.org
Ministère délégué au tourisme
www.tourisme.equipement.gouv.fr/fr/home.jsp