Propriétaires du Domaine de Moulin-Mer, Joaquin et son compagnon offrent à leurs visiteurs une immersion inédite en pleine nature finistérienne. Le décor idéal pour une pause bien-être et introspective, dans lequel ils envisagent de créer la maison de retraite d’un nouveau genre, destinée à une clientèle gay et lesbienne. Explications.

Le Lezard Bleu dans le Gers

Au fil des années, le naturisme rassemble de plus en plus d’adeptes. Porté par une quête de liberté et un besoin de vivre en harmonie avec la nature, il se pratique dans des sites spécialement dédiés ou, plus simplement, chez certains de nos hôtes. Petit tour d’horizon, sans chemise et sans pantalon !

Parmi les hauts lieux du naturisme, l’île du Levant fait figure de référence. Historiquement, d’abord, puisque c’est sur cet atoll de Méditerranée au large du Lavandou, que les frères Durville fondèrent le premier centre, en 1931. Ainsi naquit le domaine d’Héliopolis et ses quatre-vingts hectares. Depuis sa création, le village cultive une qualité de vie exemplaire, en harmonie avec la nature. Aussi les automobiles sont-elles interdites dans ses ruelles, tout comme les affiches publicitaires et l’éclairage public. La tolérance et le respect président aux relations entre ses habitants – les Levantins – et les visiteurs, qu’ils soient vêtus ou pas. Bénéficiant de conditions climatiques exceptionnellement douces, l’île recèle un patrimoine naturel unique, notamment au cœur de sa réserve naturelle. Ici, la faune et la flore sont préservées, pour le plus grand bonheur des promeneurs. Outre les balades en bord de mer, les loisirs ne manquent pas : croisières naturistes, plongée, kayak, sans oublier de nombreuses manifestations culturelles organisées tout au long de la saison. De nombreux gîtes et chambres d’hôtes sont à découvrir sur notre site, afin de profiter pleinement de ce cadre exceptionnel.

Autre région, autre lieu associé au naturisme : la cité du Cap d’Agde, dans le département de l’Hérault. Crée en 1974, le quartier du Bagnas fut l’une des plus importantes places au monde, réservée aux naturistes. Il contribue encore à la notoriété de la ville, bien au-delà des frontières. Entièrement autonome, c’est un charmant village, doté de commerces, restaurants et autres équipements publics et privés, où la liberté et le respect se conjuguent au quotidien. Bordé par une plage de sable fin courant sur deux kilomètres, l’endroit est particulièrement prisé des amateurs de bronzette qui souhaitent s’abandonner au plaisir de la baignade en toute quiétude. Outre ces régénérantes pauses en transat sur la plage, le Cap d’Agde propose bien d’autres activités à ses vacanciers : découverte du milieu sous-marin, pêche, balade à cheval, etc. Les amoureux de la nature ne sont pas oubliés. Non loin du bassin de Thau, la réserve naturelle du Bagnas les attend pour une immersion en milieu sauvage. En longeant ses étangs, ses plages et ses dunes, on découvre près deux-cent-cinquante espèces d’oiseaux, dans un cadre unique et préservé.

La pratique du naturisme peut également s’effectuer chez certains de nos hôtes, sans pour autant se rendre dans un site spécifique. Ainsi, à Braine le Comte, commune de Belgique située entre Mons et Bruxelles, Christian et Geert proposent un Bed en Breakfast gay naturiste, où les vêtements sont remisés au placard. Pour ceux que le climat du Plat Pays découragerait, Olivier et Bruno ouvrent les portes de leur chambre d’hôtes angevine, Les Saulaies, aux naturistes gays ou non, en solo, en couple ou en famille. Quant au Lotus tree, situé à la Cèze, non loin de Nîmes, si l’accueil est réservé à une clientèle exclusivement gay, le port ou l’enlèvement du maillot n’est pas obligatoire. La même liberté est laissée aux visiteurs chez Jean-Luc et Régis, propriétaires de la maison d’hôtes Coté Tarn  à Saint Pierre de Messenac, ancien presbytère préservé des regards par un vaste parc arboré. Tout comme au Clos des secrets, une magnifique fermette Gersoise, où la clientèle masculine est 100% gay. Bref, avec ou sans maillot, chacun fait ce qui lui plait !

DSC01442

Maison d’hôtes les Saulaies

Retrouvez sur Gay Provence plus de 200 adresses qui autorisent la pratique du naturisme pour vos vacances : cliquez ici

 

 

dossier : Cette année, je crée ma chambre d’hôtes !

Beaucoup en rêvent et beaucoup franchissent le pas. Depuis quelques années, les chambres d’hôtes fleurissent dans toutes les régions avec une palme d’or au quart Sud-Est bien-sûr.

Vous aussi, vous rêvez d’ouvrir vos portes aux voyageurs ? Voici quelques conseils sur la marche à suivre…

 

Qu’est-ce qu’une chambre d’hôtes ?

Une chambre d’hôtes est un habitat particulier, où le propriétaire accueille des touristes à la nuitée. La prestation comprend un petit-déjeuner, parfois un repas du soir dans le cadre d’une table d’hôtes. La capacité est limitée à 5 chambres et 15 personnes.

 

Sûr de votre projet ?

Avant de se lancer, il convient de se poser quelques questions essentielles : Aurez-vous la patience de satisfaire les désirs, voire les caprices, de vos clients ? Saurez-vous vous faire respecter dans votre propre maison, préserver votre intimité, tout en étant disponible ? Surmonter le «coup de feu» de la pleine saison avec les accueils, la cuisine, le rangement, les lessives, le repassage, etc. et le vide de la morte saison? N’hésitez pas à rencontrer des propriétaires pour confronter votre motivation à la réalité.

 

Bien choisir la maison, mais aussi la région…

 Pour ouvrir une chambre d’hôtes, vous devez être propriétaire de votre habitation. Les chambres doivent se situer dans votre maison ou dans des bâtiments attenants et vous êtes tenu de vivre sur place. Enfin, pensez aux place de stationnement pour vos hôtes. Si certaines régions sont saturées, d’autres, en revanche, manquent d’équipements. Il est donc important de repérer l’endroit le plus propice à votre développement : capacité d’hébergement par rapport au potentiel touristique. Les Comités Départementaux du Tourisme peuvent vous y aider en vous renseignant sur la répartition des chambres d’hôtes et leur fréquentation.

 

Vos revenus

Pour dégager un réel bénéfice, il faut compter 3 à 4 chambres. En moyenne, une chambre est occupée 110 jours par an. Elle rapporte entre 1500 et 3000 € après déduction des frais d’exploitation, qui représentent 30 % du chiffre d’affaires réalisé. Pour augmenter leurs revenus et attirer la clientèle, beaucoup ajoutent une prestation de table d’hôtes. Cette configuration est particulièrement valable quand votre lieu est éloigné des restaurants. Enfin, certains adhèrent à un label à l’office du tourisme et ont leur propre site internet pour une meilleure visibilité.

 

Définir votre tarif

Votre tarif doit répondre à un triple objectif : assurer un bon rapport qualité/prix, permettre d’atteindre la meilleure rentabilité de l’investissement à des prix compétitifs, assurer le meilleur taux de remplissage de l’hébergement. Noubliez pas d’inclure la taxe de séjour dans votre tarif, elle se pratique dans la plupart des communes.

 

Chambres d’hôtes et imposition

Les activités de location de bâtiments meublés ainsi que les prestations de services (repas, location de vélos…) sont imposées dans la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux). Si le chiffre d’affaires annuel généré par vos chambres d’hôtes (location, repas) est inférieur à 76 300 €, c’est le régime micro bic qui s’applique. Vous déclarez l’intégralité de vos recettes et l’administration fiscale vous octroi un abattement de 72 % sur votre chiffre d’affaires. Il faut noter que la location de meublés est en principe exonérée de TVA. Vous ne facturez donc pas la TVA mais vous ne pouvez pas non plus la récupérer sur vos achats courants ou vos investissements. En revanche, la fourniture de repas y est assujetti mais vous pouvez bénéficier d’un régime de franchise si les recettes ne dépassent pas certains montants.

Il existe d’autres régimes de déclaration fiscale, notamment lorsque les revenus dépassent 76 300€. Voyez les possibilités qui existent avec votre chambre de commerce.

Quelques chiffres

• En 2015, 23 000 loueurs gèrent un total de 61 000 chambres d’hôtes sur l’ensemble du territoire, soit une moyenne de 2,65 chambres d’hôtes par maison d’hôtes

• 45 % des chambres d’hôtes ne seraient pas agréées par un réseau.

• 12 000 €, c’est le prix moyen pour ouvrir une, et une seule, chambre d’hôtes avec une rentabilité limitée. En moyenne, une maison d’une capacité de trois chambres d’hôtes avec un taux d’occupation de 30% réalise un chiffre d’affaires annuel de 23 000 euros. Source : agence pour la création d’entreprises (APCE).

• 70 €, c’est le prix moyen d’une nuitée en chambre d’hôtes. Source : agence pour la création d’entreprises (APCE).

• 1500 chambres d’hôtes sont créées chaque année et sont affiliées aux fédérations.

 

Les agriculteurs relèvent de dispositions particulières. Les agriculteurs, un cas particulier. Sur le plan comptable et le plan fiscal, les agriculteurs sont en principe tenus de distinguer les revenus qu’ils retirent de leurs différentes activités. Toutefois, par mesure de simplification, les agriculteurs soumis au régime réel des bénéfices agricoles ont la possibilité de rattacher les revenus provenant d’activités touristiques à leurs bénéfices agricoles lorsqu’ils n’excèdent pas 30 000 €, ni 30 % du chiffre d’affaires agricole.

 

Les aides

Les travaux d’aménagement peuvent être subventionnés par le Département, la Région et la Communauté Européenne, notamment si vous adhérez à un label. Le total des subventions variant de 7000 à 12000 € par chambre. Si vous décidez proposer des hébergements labellisés (en rejoignant les «Gites de France» par exemple) vous pourrez peut-être bénéficier de subventions qui peuvent atteindre jusqu’à 30% de certains travaux.

En contrepartie, vous devrez adhérer à l’organisme et régler un certain nombre de frais, respecter les exigences de la classification de cet organisme, et accepter les contrôles… Il faut donc peser le pour et le contre, avant d’aller à la chasse aux aides… Dans certaines régions, des aides publiques françaises et européennes peuvent apporter une aide financière aux exploitants agricoles pour la création d’hébergements touristiques Pour cela, vous devrez vous renseigner auprès de la Chambre d’Agriculture de votre département.

Soignez vos relations !

Travaillez en réseau avec vos confrères et ne négligez pas vos relations avec l’office du tourisme et les restaurateurs alentours. Apprenez à connaître votre région pour être un bon interlocuteur pour vos hôtes : donnez-leur de bonnes adresses, renseignez-les sur les curiosités locales, proposez des cartes du coin et des plaquettes touristiques. Pensez à vous signaler sur la route (se renseigner auprès de la DDE). Signalez les langues étrangères que vous parlez. Soyez inventifs : proposez des séjours à thèmes : cuisine, découverte, balades, etc.

 

Vos interlocuteurs

Pour toutes vos démarches, vous devrez contacter votre mairie, votre assureur, vos services fiscaux ou la CCI pour les questions fiscales. Vous devrez également contacter la commission de sécurité du département (Service Incendie) lorsqu’il s’agit d’un gîte de grande capacité, d’un gîte d’enfants, acceptant plus de 7 enfants, d’une structure, chambres d’hôtes comportant 6 chambres. Mais aussi les services de la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) ou de la D.D.J.S. (Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports), si vous souhaitez réaliser un gîte d’enfants.

La D.S.V. (Direction des Services Vétérinaires) lorsqu’il s’agit d’un gîte d’enfants ou d’un hébergement avec table d’hôtes.

EDF/GGF/CONSUEL (Comité National Sécurité Usagers Electricité) pour tout ce qui a trait aux équipements de chauffage, d’éclairage et d’électricité.

Des vacances archéologiques
Le guide du petit fouilleur…

« C’est en fouillant qu’on devient archéologue. »
Que vous envisagiez de rejoindre une équipe d’archéologues ou de retourner les plants de tomates sous lesquels vous soupçonnez des ruines romaines, il existe des solutions pour tous les âges et pour tous les goûts. Voici un dossier pour tout comprendre du fonctionnement des fouilles et savoir où s’adresser pour rejoindre les équipes d’archéologues.

L’autorisation des fouilles
La loi du 27.09.1941 stipule : « Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles ou des sondages sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation ». De même, l’utilisation de détecteurs de métaux est soumise à une autorisation préfectorale (loi du 18.12.1989).

Il existe plusieurs types de fouilles :
La fouille programmée
Elle s’inscrit dans le cadre strict de la recherche scientifique et correspond, le plus souvent, à des programmes pluriannuels élaborés par des chercheurs. En fonction de l’intérêt régional ou national, les autorisations pour ces fouilles sont délivrées par le Ministre de la culture ou le Préfet.

La fouille préventive
Elle est déclenchée à l’initiative des archéologues à l’occasion de chantiers extérieurs à l’archéologie. Elle permet d’éviter que le patrimoine ne soit détruit lors de travaux d’aménagement ou d’urbanisation, comme les constructions d’autoroutes ou de lignes de TGV, de métro ou de tram, les réalisations immobilières… L’archéologue travaille alors en étroite collaboration avec l’aménageur qui doit supporter la charge financière d’un éventuel impact archéologique.

Qui fouille ?
La responsabilité d’une opération de fouilles ne peut être confiée qu’à une personne ayant fait la preuve de sa compétence dans le domaine de l’archéologie. L’autorisation délivrée est nominale et concerne seulement des personnes physiques (bénévoles ou professionnels).

Que faire en cas de découverte ?
Avertir le maire de la commune, qui prévient à son tour le préfet, qui saisit le service régional de l’archéologie, lequel en appréciera l’intérêt archéologique.

A qui appartiennent les vestiges découverts ?
Tout dépend des conditions de la découverte : le « trésor » découvert appartient à la fois à celui qui a pris l’initiative des travaux et au propriétaire du terrain. Lorsque la fouille a été autorisée à un tiers, les objets mobiliers et les vestiges immobiliers appartiennent au propriétaire du terrain sur lequel ils sont découverts. Lorsque les fouilles sont exécutées par / ou au nom de l’État, il y a partage entre l’État et le propriétaire du terrain.

Que deviennent ensuite les vestiges ?
Tout dépend de l’état de conservation, de la rareté, bref, de l’intérêt historique et esthétique. Les résultats doivent toujours faire l’objet d’une publication déposée au Service Régional de l’Archéologie. Lorsqu’ils le justifient, les objets peuvent faire l’objet d’une mesure de protection au titre des monuments historiques. Conservés dans un premier temps dans des salles destinées aux chercheurs, ils trouvent leur place définitive dans les musées.

Conditions de travail
Travail bénévole à durée variable
Le plus souvent réservées aux + de 18 ans
Vaccination antitétanique à jour
Confort sommaire et partage des tâches
Déplacements souvent à la charge du fouilleur. Voir conditions particulières à chaque chantier.

En savoir plus
Ministère de la culture et de la communication
Direction de l’Architecture et du Patrimoine
Sous-direction de l’Archéologie
182 rue Saint-Honoré
75033 Paris cedex 01
Tél. : 01 40 15 77 02

 

PARTICIPER / trouver un chantier

Les sites du Ministère de la Culture
Tri facile par région, département, périodes, dates de disponibilités. Tout y est !
Possibilité de télécharger les pdf de tous les chantiers de fouilles et chantiers archéologiques sous-marins.
http://www.culture.gouv.fr/culture/fouilles/index.html

Les propositions du CNRS
45, Rue d’Ulm
75005 Paris
Tél. : 00 33 (0) 1 44 32 37 83
Mail: colas@ens.fr
http://www.archeo.ens.fr/

Les fouilles à l’étranger
En Tunisie, Espagne, Maroc, en Syrie, au Sri Lanka, Turquie, et bien d’autres… Pourquoi ne pas organiser un voyage à l’étranger avec une pause «fouilles archéologiques ?»
Voir la liste des sites en cours sur le site du Ministère des Affaires étrangères
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/archeologie_1058/index.html

Des fouilles en auvergne

Base archéologique (ARAFA) :
Maison Domat
Place de la Mairie
63731 Mirefleurs
Tél. 04 73 39 24 21
http://luern.free.fr

Initiation aux fouilles – Bibracte
Musée, centre de recherche, d’événements et d’animations. Au coeur de la Bourgogne, le site de Bibracte propose des animations et découverte pour tous les âges et toutes les sensibilités :
• Une balade historique en pleine nature entre sites archéologiques et points de vue panoramiques. Durée : 3 heures.
Les jeudis en juillet et août de 14h30 à 17h30
Tarif : 13 €

• Devenir archéologue d’un jour en participant à des ateliers pratiques de fouille, de recollage et dessins de céramique, de découverte des buts et des méthodes de l’archéologie. Animation gratuite. Du 11 juillet au 16 août. Les mardis et mercredis de 14 h 30 à 17 h.
• Ateliers de découverte pour les petits autour d’un goûter. Pour mener une enquête archéologique autour de la nourriture, observer des graines au microscope, expérimenter, jouer et… goûter !
Pour les 5-15 ans. Du 13 juillet au 17 août, de 14 h 30 à 16 h 30. Tarif : 8€
• Archéologue d’une saison..
Stage d’initiation à l’archéologie pour découvrir toutes les facettes du métier d’archéologue et les méthodes de l’archéologie. (formation théorique, découverte du site et du milieu naturel, archéologie expérimentale, relevé et enregistrement des structures archéologiques, traitement du mobilier archéologique, interprétation et synthèse des résultats.)
Pour les jeunes de 13 à 17 ans. Du 5 au 16 juillet 2006 ou du 17 au 28 juillet 2006
Tarif : 550 € pour le séjour.
Renseignements 03 86 78 69 00
http://www.bibracte.fr

 

VOIR / des idées pour visiter
Les collections permanentes
>Samara
Parc naturel de la préhistoire- baie de Somme
La Chaussée – Tirancourt
Tél : 03.22.51.82.83
http://www.samara.fr/
>Le Site d’Entremont
Les Gaulois en Provence, parcours guidé en dix étapes
De 9h à 12h et de 14h à 18h, sauf le mardi.
tél. +33 (0)4 42 99 10 00
http://www.entremont.culture.gouv.fr/
>Le Musée Granet
Il présente la statuaire et les objets découverts à Entremont.
De 9h à 12h et de 14h à 18h, sauf le mardi.
Tél. : +33 (0)4 42 38 14 70
http://www.aixenprovencetourism.com/popup/aix-granet-popup.php
>La villa Kérylos
A Beaulieu-sur-Mer, la reconstitution d’une demeure grecque antique, sur le modèle des maisons nobles du IIe s. av J.-C.
Tél. : 04 93 01 01 44
http://www.villa-kerylos.com/
>Parc archéologique de Bliesbruck-Reinheim
« pour revivre l’Antiquité »
A Bliesbruck, le parc accueille les visiteurs pour une visite originale.
Tél. : 03 87 02 25 79
http://www.archeo57.com/
>Atelier de restauration de mosaïques et de peintures murales de Saint-Romain-en-Gal
A 30 km au sud de Lyon, les vestiges de l’une des plus riches cités de la Gaulle romaine.
Tél. : +33 4 74 53 74 05
http://www.musee-gallo-romain.com/site/saint-romain-en-gal/

A voir sur la toile
> L’archéologie dans le Var : actu, expos. Conservation, restauration et recherche
http://www.varcheologie.com/
> Découvrir les grands sites archéologiques
http://www.culture.gouv.fr:80/culture/arcnat/fr/index.htm
> Connaître les actions de la France dans le monde
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/archeologie_1058/index.html
> L’archéologie sous les mers
http://www.archeologie-sous-marine.culture.fr/

« Les hôtels, les gîtes et les chambres d’hôtes : Les hôtels sont des établissements commerciaux tandis que les chambres d’hôtes, même en ayant une activité ‘commerciale’, sont des lieux privés dont certaines chambres et pièces communes sont mises à la disposition du public.

Conseils à l’intention du client :

En toutes circonstances, le client se doit de respecter son prestataire de service, d’être discret et bien élevé ; cependant, il peut être plus exigeant dans un hôtel car il est un client à part entière. Le loueur de chambres d’hôtes reçoit chez lui le plus souvent non pour gagner sa vie, mais pour pouvoir entretenir sa propriété : ce n’est pas sa profession, c’est une activité lucrative annexe, contrairement à celle de l’hôtelier dont c’est pleinement le métier.

Le gîte est soumis à la même règle que les chambres d’hôte ; souvent, c’est un bâtiment situé dans la propriété, comprenant une ou plusieurs chambres, un salon, une cuisine et une salle de bains ou de douche et entièrement loué pour une certaine période.

Une fois la réservation fermement confirmée, donnez une heure d’arrivée, au moins approximativement : ceci est particulièrement important en ce qui concerne les chambres d’hôtes, car, comme je vous l’ai dit, les propriétaires ont d’autre activités, ou exercent même une profession.

S’ils sont à votre disposition, ce n’est pas une raison pour les faire poireauter des heures. Appelez-les en cas d’un retard de plus d’une demi-heure, ils vous en sauront gré.

La clef : on ferme sa porte à clef dans un hôtel ou dans un gîte, jamais dans une chambre d’hôtes : la chambre que vous louez est sous le toit du propriétaire, et c’est carrément mal élevé de fermer une chambre qui lui appartient, même louée. En fait, vous ne fermeriez pas votre chambre si vous étiez reçu chez des amis ? C’est la même règle qui s’applique ici. En outre, le propriétaire peut avoir besoin d’aller dans votre chambre, en cas de problème de plomberie, par exemple, on ne sait jamais, surtout dans des maisons anciennes…et il n’y a généralement pas de ‘passe’, comme dans les hôtels ! N’emmenez pas d’objets de valeur en voyage, ou si vous y êtes contraints, enfermez-les dans un tiroir ou cachez-les sous des vêtements, ou, mieux, prenez-les avec vous en voiture….La bienséance la plus élémentaire consiste à faire confiance à ceux qui vivent sous le même toit.

N’ouvrez jamais une porte, même si elle n’est pas verrouillée et n’allez pas coller votre nez aux fenêtres lors de vos promenades dans le jardin : les parties privées chez vos propriétaires sont privées, justement !

A l’hôtel ou dans une chambre d’hôtes, respectez les horaires des repas. Dans tous les cas, respectez les objets qui vous sont confiés et évitez de décrocher les rideaux, de déménager le mobilier, les lampes de chevet, d’entasser les bibelots par terre (s’ils vous gênent, rangez-les et remettez-les à leur place en quittant l’établissement), de rouler en boule le couvre-lit en le laissant plusieurs jours dans un coin (dans quel état sera t’il, et comment le ‘récupérer’ avant l’arrivée des clients suivants ?) …

Emballez les tampons, préservatifs et autres objets ayant servi à votre vie intime, dans un petit sachet ou dans un morceau de papier de toilette que vous jetterez dans la corbeille, jamais dans la cuvette des WC !

Les repas, petits-déjeuners ou autres, sont souvent pris avec les autres clients, dans les chambres d’hôte. Efforcez-vous d’engager la conversation avec eux et de ne pas les ignorer, vous êtes à la même table ; ce peut être aussi l’occasion de faire des rencontres très sympathiques.

Ne commencez pas à débarrasser, votre hôte(sse) s’en chargera. Un petit geste pour l’aider, mais très discret, est acceptable à la rigueur.

Quand vous sortez: arrangez-vous avec votre hôte(sse) pour la clef de l’entrée si vous vous absentez, et remettez-la impérativement à sa place. Si vus rentrez tard après un dîner à l’extérieur, ne faites pas de bruit, éteignez les lumières derrière vous et faufilez-vous discrètement dans votre chambre : les autres dorment, sans doute !

Au moment du départ, que ce soit à l’hôtel ou ailleurs, vérifiez que vous n’avez rien oublié Réglez votre note et dites un mot de remerciement si vous êtes satisfait de votre séjour, sinon, faites vos remarques en privé et aussi poliment que possible. Une chose importante, également : le dernier jour, ne libérez pas la chambre trop tard : les femmes de ménage travaillent souvent le matin et il faut qu’elles aient le temps de faire la chambre pour les nouveaux arrivants !

Saluez gentiment, s’il vous plaît, le personnel : ce ne sont pas des meubles, ils travaillent dur pour votre confort…Si vous leur laissez un petit billet en évidence dans votre chambre en partant, ce sera une preuve de votre exquise éducation !

Conseils à l’intention des ‘hébergeurs’ :

Le client est roi, il faut le traiter avec tous les égards et toute la gentillesse possibles. Après tout, il paie, souvent assez cher et son confort doit être une priorité pour vous.

Assurez-vous d’être fin prêt pour son arrivée.

Recevez-le gentiment, avec un large sourire, comme vous recevez des amis que vous aimez beaucoup. Si vous êtes de mauvaise humeur, collez-vous un sourire factice sur le visage, et vous vous sentirez mieux… Dans le cas des chambres d’hôtes ou des gîtes, proposez-lui de l’aider à monter ses bagages, précédez-le pour le conduire à sa chambre et ne commencez pas à raconter toute l’histoire de ces lieux, il est sans doute fatigué de son voyage et, en ce qui concerne les chambres d’hôte ou les gîtes, offrez une tasse de thé, de café ou un verre de jus de fruits.

La chambre et la salle de bains doivent être impeccables, une bouteille d’eau minérale et des verres disposés sur une commode, les serviettes de bain sur leurs portants, et des savons d’invités à la disposition du client.

Arrangez avec eux vos horaires de repas ; pour le petit déjeuner, assurez-vous de savoir qui préfère le thé et qui le café, donnez une carafe de jus de fruits et soignez la présentation de votre table.

Pour l’organisation des séjours (clef, horaires etc.), référez-vous à ce que je viens de dire plus haut. Au moment du départ, soyez présent et dites-lui combien son séjour vous a fait plaisir. Ca ne coûte rien et c’est agréable à entendre.

Si vous fumez, éloignez-vous de vos clients, à moins qu’ils partagent votre vice. Ils seront enchantés de partager ce moment béni. En revanche, si vous n’acceptez pas de fumeurs chez vous, il faut que ce soit spécifié d’avance sur votre site ou dans votre brochure. D’aucuns indélicats essaieront quand même de transgresser cette règle. Soyez ferme, mais aimable, toujours, toujours !

Si vous possédez chiens ou chats, fournissez à vos clients un rouleau de papier collant pour qu’ils puissent décoller les poils de leurs vêtements.

Il arrive que certains de vos visiteurs vous fassent des demandes incongrues, comme de déjeuner à trois heures de l’après-midi. Si vous ne pouvez accéder à leur demande, dites-le très gentiment, et proposez leur d’aller acheter quelque chose au village…Si vous le pouvez, faites-le, même si ça vous agace …avec le sourire, bien sûr , mais tout en leur faisant habilement comprendre que c’est une exception…

Le ménage quotidien n’est assuré que dans les hôtels. Dans les gîtes, ce sont les clients qui s’en occupent pendant leur séjour, et dans les chambres d’hôte, c’est la même chose…Rien ne vous empêche, par bonté d’âme, d’aller redresser les draps et les serviettes de toilette. Profitez-en pour vider la corbeille et vérifier qu’il y a suffisamment de papier de toilette : un bienfait n’est jamais perdu !

En règle générale, soyez des clients civilisés d’une part, et des hôtes attentionnés de l’autre.

Orangerie - Normandie

Pour en savoir plus : cours du Savoir vivre et des Usages dans notre vie moderne par la Baronne Hargitay-Gran, L’Orangerie, 61470 AVERNES ST GOURGON, ORNE

COURS  ‘LE SAVOIR VIVRE ET LES USAGES DANS NOTRE VIE COURANTE’
Pour des groupes de 4 à 8 personnes, la Baronne Hargitay-Gran organise sur place des stages informels et amusants sur les thèmes de l’Art de recevoir, d’organiser un dîner chez soi sans s’épuiser , préparer un menu et choisir les vins, dresser correctement une table, placer vos invités, servir….

– Que faire quand on est reçu pour des vacances chez des amis ou à l’hôtel ou en chambre d’hôte (mais si, mais si !), comment se comporter en public, au restaurant…
– Comment s’habiller et dans quelles circonstances…
– Le problème des cadeaux…
– La manière d’utiliser Internet et le portable…
– Les gaffes à éviter et cent autres trucs et astuces pour réussir dans votre vie sociale.
Exercices pratiques : préparation et déroulement d‘un dîner ‘in situ’, sortie dans un restaurant avec une puissance ‘invitante’ dont le rôle est joué par l’un des participants…
Forfait pour deux jours et deux nuits sur place : 200€/personne.

https://www.gay-provence.org/fr/a-2327/l-orangerie.html