Une balade du côté de la mâchoire de pierre

avec le Comité Départemental du Tourisme des Bouches-du-Rhône

Une demi-journée de circuit en voiture aux pieds de la montagne Sainte-Victoire… Le Comité Départemental du Tourisme des Bouches-du-Rhône propose un grand choix de promenades à pied, en voiture et bientôt à vélo. Classées par difficultés et longueur, retrouvez de nombreuses balades sur le site http://www.visitprovence.com dans la partie «Loisirs de pleine nature». La route qu’il nous propose ici nous fait découvrir la «barre du Cengle» et ses villages fortifiés.

Départ : Château de Beaurecueil

Beaurecueil au pied de la montagne Sainte-Victoire renferme un château massif construit au XVIIème siècle. Entouré d’un très beau parc, la bâtisse flanquée de tours d’angle remarquables, attire votre regard. Ici, tout vous ramène à un autre âge : les grilles, les solides piliers ornés de têtes sculptées, mais aussi une certaine douceur de vivre. Les rares maisons judicieusement disséminées dans l’espace paraissent mariées à la nature, comme si les murs avaient poussé de la terre, aux côtés des arbres. Depuis le château, prendre la D46 en direction de Châteauneuf-le-Rouge. En suivant la D46, vous longez le contrefort Ouest de la barre du Cengle. Cette couronne rocheuse délimite en arc de cercle le plateau de Maurély posé au pied de Sainte-Victoire. Cet endroit baigné d’un soleil éclatant renferme bien des lieux aux noms et histoires étranges : le Pas de la Vache, le Pas de Monsieur, la Cabane du Loup, les Masques, le Pas de la Lèbre… De chaque côté du parcours, on aperçoit de belles propriétés brossées par les courants d’air frais qui descendent de la montagne. On remarque aussi de grands champs cultivés si parfaits de forme et de lumière qu’on les croirait dessinés aux crayons de couleur.

Arrivée à Châteauneuf-le-Rouge. L’entrée du village se fait par le quartier des «Fourches». Le village à l’origine était un hameau cossu composé d’un grand château et de ses dépendances fermières. Il renferme aujourd’hui une population plus importante, mais la bâtisse d’origine et sa filiation n’en ont pris que plus d’importance. La cour pavée du château accueille chaque année en juillet le Festival de la Musique et du Théâtre. Ceux qui s’y rendent peuvent également ment visiter le Musée Arteum qui présente une collection de peintures contemporaines ainsi qu’une reconstitution de l’atelier du peintre Arsène Sari. Prendre à gauche la N7 en direction de Puyloubier. À partir des remparts de l’ancien château, la N7 s’enfonce vers l’est entre de grands espaces agricoles. Après le lieu-dit «Les Bannettes», prendre à gauche la D57b en direction de Puyloubier. On aperçoit droit devant, calé au fin fond de la barre du Cengle, le village de Puyloubier.

Avant d’y entrer, la D57b longe champs, ruisseaux d’irrigation, vieux cabanons de pierre et autres constructions agricoles qui modèlent un paysage de plaine. Vu d’ici, l’alignement régulier des roches striées de la barre du Cengle fait penser à une immense mâchoire naturelle, tout juste édentée par la brèche du «Troncas». À l’arrivée sur Puyloubier, la D57b croise le GR9 qui propose au randonneur une balade dans le village jusqu’au musée de l’Uniforme installé dans les bâtiments de la Légion étrangère. Un peu plus haut le sentier croise l’oratoire de Malivert et monte jusqu’au sommet de la Sainte-Victoire.

Prendre à gauche la D17 en direction de Saint-Antonin-sur-Bayon. En sortant de Puyloubier, on aperçoit de part et d’autre de la route une végétation sauvage. Ici, après avoir laissé une lourde part d’elle-même aux flammes, la garrigue reprend ses droits. Grâce sans doute à la bonté de Sainte-Victoire, la nature a su se défendre avec l’aide de ces orages grandioses et terribles qui, en hiver, effrayent parfois le promeneur.

Après quelques belles fermes en pierre taillée, la D17 arrive à Saint-Antonin-sur-Bayon. Aux abords de ce village dominé par un superbe château du XVIIIème siècle, on trouvera de nombreuses balades pédestres à faire en direction du plateau du Cengle et de Maurély. De plus, de vastes étendues propices à la détente, au repos dans de hautes et accueillantes herbes bordent le cours du Bayon. Ainsi, après avoir goûté un brin de repos, le retour vers Beaurecueil est possible par la D17 puis la D46.

Arrivée : château de Beaurecueil

Retrouvez toutes les balades du Comité Départemental du Tourisme des Bouches-du-Rhône sur www.visitprovence.com

 

Antonio Serzedelo

Portugay et fier de l’être

Antonio Serzedelo fait partie d’une espèce rare, non pas en voie de disparition, mais (on l’espère) en voie d’apparition au Portugal. Dans ce pays où la religion, la rigidité de la tradition, le poids des conventions et le machisme ambiant sont un frein à l’expression des diversités sexuelles, Antonio fait office de précurseur, si ce n’est de prophète.

Cet homme de 60 ans, qui a su vivre son homosexualité au mépris des conventions sociales, à une époque (la dictature) où ce genre de fantaisie vous menait tout droit en prison et vous mettait au ban de la société dans le meilleur des cas, a eu le courage de militer pour la reconnaissance des gay, souvent au mépris de sa propre sécurité. Fondateur et président de l’association “Opus Gay” (référence ironique et irrévérencieuse à l’Opus Dei), il n’a cessé de travailler pour changer un peu la mentalité de ses compatriotes et l’image négative dont souffre toujours l’homosexualité au Portugal.

Dans cette guerre, Antonio a une technique éprouvée : la confusion des genres, qu’il manie comme une arme de déstabilisation. Par exemple, quand on lui demande de se définir, il n’hésite pas à se qualifier de “libertaire, libertin, libre, catholique, marié avec une femme et gay”. Une provocation qui a l’audace et l’intelligence de renvoyer les tenants officiels de la morale bon teint à leurs débats stériles. Ce professeur d’histoire aurait pu avoir une vie tranquille et rester discrètement dans l’ombre, comme l’immense majorité de ses semblables. Mais son goût pour la liberté et son mépris de l’injustice l’ont tout naturellement amené à la lutte contre toutes les discriminations. A la chute du fascisme au Portugal en 1974, il co-écrit le “Manifeste pour les libertés des minorités sexuelles”, premier essai portugais du genre. Même son statut très officiel de chef de cabinet du général Franco Charais au Conseil de la Révolution ne le fera pas rentrer dans le rang. Politiquement indépendant, cet activiste hautement subversif ne se laisse pas facilement impressionner. Il vit ses engagements sans faire de concessions, et se trouve souvent là où on ne l’attend pas (il fut un temps président du Comité des Droits Humains de la Palestine au Portugal).

Bien qu’il ait décidé de passer la main et de laisser la nouvelle génération prendre soin d’Opus Gay, il continue d’animer depuis 2000, “Vidas alternativas”, l’unique émission de radio gay du pays, dont il est par ailleurs le créateur. Régulièrement sollicité par les médias (il faut dire qu’il est un des rares gay sortis du placard), Antonio dit tout haut ce que peu de gens osent encore penser, même tout bas. Dans un pays où l’homosexualité cherche encore à conquérir sa visibilité, cet homme est un véritable conquérant des libertés et on espère qu’un jour, le Portugal lui rendra l’hommage qu’il mérite.

Antonio Serzedelo et la relève de l'Opus Gay

Plus d’infos sur Antonio et Opus Gay sur www.opusgay.org

Opus Gay

______________________________________________

Stage de tapisserie à l’aiguille par une directrice de l’école de la tapisserie au point d’Aubusson

Le stage de tapisserie à l’aiguille animé par une passionnée de 30 ans en la matière, Véronique De Luna, a eu lieu à la Garçonnières du Sancy en Auvergne  la semaine du 12 au 16 mars 2012.

Les participant(e)s seront logés sur place.

En savoir plus : https://www.gay-provence.org/fr/a-6490/les-garconnieres-du-sancy.html

 

La 11e Biennale d’Art Contemporain de Lyon se tient du 15 septembre au 31 décembre 2011, à la Sucrière, la Fondation Bullukian, l’usine TASE et au Musée d’art contemporain et sur plusieurs autres sites.

Biennale de Lyon

On aura jusqu’au 31 décembre pour explorer les quatre lieux d’expo sur 13000m², à la découverte des œuvres multiples d’une soixantaine d’artistes internationaux, pour s’imprégner de l’affaire, essayer de comprendre, ou ne pas essayer, plutôt ressentir…

La biennale en pratique…

Du jeudi 15 septembre au samedi 31 décembre 2011
Fermé le 25 décembre 2011
Ouvert tous les jours sauf lundi, de 11h à 18h (ouvert jusqu’à 19h samedi et dimanche)

Pendant la Fête des Lumières, du 8 au 11 décembre 2011 : ouverture dès 10h.
Nocturnes les vendredis 7 octobre, 4 novembre et 9 décembre 2011 de 18 à 21h.

Lieux

  • La Sucrière
  • Le Musée d’art contemporain de Lyon
  • La Fondation Bullukian
  • L’Usine Tase à Vaulx-en-Velin Carré de Soie

Tous les détails sur www.biennaledelyon.com/lyon/infos-pratiques

Commissaire invitée : Victoria Noorthoorn
Directeur artistique : Thierry Raspail

Dans le cadre de Veduta, des artistes en résidence travaillent avec des habitants. En résonance, les galeries, institutions culturelles et collectifs d’artistes proposent plus d’une centaine d’expositions et spectacles.

www.biennaledelyon.com

Une maison d’hotes fait de nouveau palpiter le coeur du village de Baron.

maison d'hotes Ulysse

Guy et Gauthier, les nouveau propriétaires de la Maison d’Ulysse  ont su faire un lieu de vie à leur image, à la fois simple, chaleureux, sans ar tifices.

Belge flamand, Gauthier, 34 ans, a d’abord été instituteur en Belgique. Il a appris la cuisine et le français à Saint Jean du Gard… et l’application
de la chaux en Avignon. Désormais il cuisine et accueille les hôtes de la Maison d’Ulysse.

Guy est passionné de décoration et a supervisé le chantier de restauration de la maison.

La Maison d’Ulysse est leur projet commun. Ils l’habitent et la font vivre avec goût et passion

La Maison d’Ulysse, labellisé Fondation du Patrimoine a été restaurée dans le respect de l’authenticité des lieux, conjuguant décoration contemporaine, modernité des lignes, sobriété des matières.

Chambre d'hotes

Dans ce cadre magnifique, vous profiterez des extérieurs, jardins secs méditerranéens, diversité botanique, vous vous prélasserez sur une terrasse en pin rétifié et profiterez du bassin de nage. Vous vous isolerez dans un parc sauvage à l’ombre des mûriers ou des chênes séculaires et finirez par vous laisser aller aux rituels de la relaxation dans l’espace voûté du hammam.

Hammam

La Maison d’Ulysse
Place de la Mairie, 30700 Baron, France
Chambres et suites de 110 à 220 € petit-déjeuners inclus
Dîner à la table d’hotes 35 € (hors boissons).

+ infos : https://www.gay-provence.org/fr/a-5934/la-maison-d-ulysse.html

La 28ème édition des journées du Patrimoine se déroulera les 17 et 18 septembre 2011 sur le thème "Le Voyage du Patrimoine".

journee patrimoine

 

+ infos et programme complet : http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/

 

Paris sera au coeur d’un nouvel événement culturel du 12 au 18 septembre avec le lancement de la première Paris Design Week.

paris design week

Showrooms, galeries d’art, institutions, restaurants… Du marché Saint Honoré au boulevard Saint-Germain en passant par le Marais et la gare d’Austerlitz, la Design Week vous emmène pendant 6 jours à la rencontre de créateurs et designers à travers Paris.

Du Marais au marché Saint Honoré en passant par Châtelet, République, le Trocadéro et St Germain des Près, vous découvrirez les dernières collaborations de Ligne Roset, la nouvelle galerie de Sentou dans le 12ème arrondissement ou encore les créations de Karl Lagerfeld ou David Lynch chez Colette.

Si les grands noms du design répondent présent, la Design Week fait également la part belle à la gastronomie. Philippe Conticini propose une création exclusive imaginée pour la semaine dans sa Pâtisserie des Rêves, rue de Longchamp. Chez Hugo & Victor, les boutiques du boulevard Raspail et du Marché Saint Honoré mettent la figue à l’honneur dans ses pâtisseries. À découvrir le Hugo, dessert contemporain composé d’une dacquoise noisette, d’une gelée au vin rouge, d’épices et de figues fraiches.

http://www.parisdesignweek.fr

 

 La 13e édition du Festival Marseillais  aura lieu du 2 septembre au 1er octobre à la Friche Belle de Mai pour la deuxième année.

marsatac

Un an après avoir soufflé tout le monde en transformant la Friche La Belle de Mai en un immense lieu de plaisir sonore, le festival prend à nouveau ses aises dans l’ancienne manufacture des tabacs de Marseille.

 The Creators Project, communauté internationale dédiée à la culture et à la technologie, va ainsi investir la Rue Intérieure pour faire vivre aux festivaliers une expérience artistique originale et un skate park animé par des DJ et riders pro se tiendra le jeudi.

Audacieuse et indépendante, la programmation de cette 13e édition continue d’attirer dans la cité phocéenne la crème de la musique pop rock et éléctro acuelle.

Au programme : Death In Vegas – Xzibit – Chinese Man – The Do – Stupeflip – Modeselektor – Yuksek – Friendly Fires – Mondkopf – Black Lips – Brodinski – The Toxic Avenger – Cascadeur – Skip the Use – Pigeon John – The Shoes – X-Makeena – Filewile – Psykick Lyrikah – Anthony Joseph – Gablé – Oh ! Tiger Mountain – Concrete Knives – Kanka – Hyphen Hyphen – Noob – Rafale – Under Kontrol – Arnaud rebotini – Applause – Africa Hitech – Julian Jeweil  

Marsatac jouera les prolongations avec Aires libres le dimanche 2 octobre au parc Longchamp de 10 h à 19 h pour une journée «arty» et musicale

Billetterie :
Nuit 1 – Jeudi 29 septembre : Plein tarif 24 euros / tarif réduit 18 euros / Sur place 27 euros
Nuit 2 – Vendredi 30 septembre : Plein tarif 27 euros / tarif réduit 23 euros / Sur place 30 euros
Nuit 3 – Samedi 1er octobre : Plein tarif 27 euros / Tarif réduit 23 euros / Sur place 30 euros
Pass 2 jours – Plein tarif 48 euros / Tarif réduit 43 euros / Uniquement en pré-vente
Pass 3 jours – Plein Tarif 65 euros / Tarif réduit 55 euros / Uniquement en pré-vente 

Friche La Belle de Mai, 41 rue Jobin Marseille 3e

+ infos : https://www.gay-sejour.com/fr/n-415/marsatac.html ou http://www.marsatac.com
 

 

La 13e édition se déroulera pour la deuxième fois à la Belle de Mai du 29 septembre au 1er octobre