Le musée d’art islamique de Marrakech est situé dans l’enceinte du jardin Majorelle. C’est donc dans cet ecrin de verdure qu’Yves St Laurent et Pierre Bergé ont rassemblé une tres belle collection provenant de diverses régions musulmanes.

Jardin de Majorelle 

 Dans ce cadre ombragé et coloré, une petite visite des cinq pièces rafraîchissantes du musée, se présente de façon très agréable. Les salles se succèdent avec une hauteur de plafond de plus en plus élevée et un espace qui s’accroît; C’est là un des points positifs du lieu qui présente les diverses pièces de la collection de façon très aérée, ainsi que par une remarquable mise en valeur.

La collection exposée au sein du musée nous dévoile la qualité et la diversité de l’art islamique au travers de tous ses supports, depuis toutes ses régions. Réservons la première salle, distincte de l’ensemble de la collection, pour la suite et commençons avec la seconde pièce. Celle-ci, dans une lumière diffuse, nous présente différents objets reflets de l’art islamique dans le domaine de la parure, des bijoux. Les ceintures de femme Hzam, en lampas de soie, sont magnifiques. On trouve également des objets quelque peu originaux, différents des collections habituelles d’autres musées; une portière izar en coton et soie, un écritoire en bois aux figures géométriques polychromes, des astrolabes en laiton dont une est au nom du Shah Abbas II (Iran, XVIIeme siècle).

La salle 3, octogonale, est consacrée aux poteries et au cuivre travaillé. Là encore, on compte des pièces peu communes : jatte toulouhe, encrier d’enlumineur, un plat au lapin d’environ 80 centimètres de diamètre, etc. Ces poteries proviennent de Fès, qui constituait un des hauts centres de céramique avec Damas et Grenade. Quelques objets en cuivre sont réellement impressionnants : retenons la magnifique aiguière de Syrie, avec porte savon et bassin, ainsi qu’une paire d’immenses chandeliers (environ 4m ou plus) provenant d’Iran (XIXème siècle).

La quatrième salle nous laisse admirer diverses pièces en bois sculpté. Une jolie porte polychrome de Marrakech côtoie des piliers avec chapiteau d’une ancienne mosquée berbère du Haut Atlas, un minbar, des plafonds, des moucharabiehs, une frise avec muquarnas en nid d’abeille, etc.

Enfin, la dernière pièce, plus succincte, nous expose le monde des nomades du désert : sacs de provisions, poignards, épées, bracelets, plats en vert émeraude, etc. sont exposés.

Le « plus » du musée reste consacré dans la première salle. En effet cette pièce nous livre quelques unes des lithographie de Jacques Majorelle. Celles-ci sont datées de 1930 et reproduisent paysages et scènes de vie que le peintre a admiré au cours de ces nombreuses expéditions dans l’Atlas marocain. Elles nous révèlent également un style épuré et précis de la part de leur auteur, qui y combine les différentes teintes d’un même coloris avec merveille.

Horaire d’été : 9h à 12h et de 15h à 19h. Fermé le lundi et en août.
Horaire d’hiver : 9h à 12h et de 14h à 17h. Fermé le lundi.
Entrée : 15 dirhams