Découverte de la Patte d’Ours

La patte d’Ours : « Chez nous, on vient d’abord pour profiter de la vie ! »

Il y a trois ans, Jean-François et Jean-Jacques ont ouvert « La patte d’Ours », destinée aux « Ours et à ceux qui les aiment ». Une parenthèse de détente et de gastronomie au cœur de la campagne berrichonne, où la douceur de vivre l’emporte dans un cadre convivial et authentique. Rencontre avec Jean-Jacques.

Pourquoi cette volonté d’ouvrir un établissement spécialement destiné aux Bears ?

D’abord parce qu’avec Jean-François, on en est deux ! Oursons, certes, mais deux quand même ! Les Bears, c’est d’abord une catégorie de potes, fondée sur la convivialité, sans prise de tête. Avant, les gens se cachaient. Aujourd’hui, il y a plein de « nounours », contents de se retrouver, qui n’ont plus peur de leur corps, ni de la façon dont on les regarde. Quand on est fort, on ne va pas dans n’importe quelle chambres d’hôtes, parce qu’on n’a pas forcément envie d’être dévisagé en maillot de bain. Chez nous, maillot ou pas, on profite de la vie sans redouter le jugement. Ce que le milieu gay en général a défendu, nous le revendiquons pour les Ours. Nous avions également le souhait d’être acteurs de la communauté, notamment comme partenaires de la Fierté Ours, des Chti’Nours, sur Lille, et de la Gay Pride.

Votre table d’hôtes « Les Ratatouilles », propose une cuisine gastronomique particulièrement appréciée…

Jean François, boucher, se charge des plats et moi des desserts et des sauces, d’après des recettes héritées de mes grands-mères. Il ne s’agit pas de faire de la tambouille, mais d’offrir à nos hôtes de véritables repas gastronomiques, servis avec vins de la région. Nous aimons faire découvrir des saveurs originales, basées sur une cuisine authentique.

Quelles autres activités proposez-vous ?

Outre notre balnéothérapie, les plus sportifs peuvent goûter aux joies du canoë, du golf ou de l’équitation. Il y a également de nombreuses balades culturelles à faire dans la région : châteaux, village potier, sans oublier la ville de Bourges, riche en patrimoine historique. Nous proposons également une découverte de l’agriculture locale, comme la fabrication des Crottins de Chavignol, par exemple, et, bien sûr, la visite des caves sancerroises, avec dégustation à la clé ! Il est très important pour nous de défendre notre terroir.

Quel compliment revient régulièrement dans votre Livre d’Or ?

La convivialité et la qualité de notre cuisine.

 

+ d’infos : http://www.gay-provence.org/fr/a-8091/la-patte-d-ours.html

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Florence de Comborcière : Gay Altitude

 A La Toussuire, la skieuse Florence Legat, ex-championne d’Europe de slalom, a ouvert ce châlet pour les homos amoureux des grands espaces.

13256401_287019104965216_7338985650013631267_n

En 1999, dans cette petite station de ski de Savoie plutôt familiale, Florence de Comborcière, cheveux courts et visage souriant, a ouvert le premier hôtel 100% gay et lesbien. C’est le seul hôtel hétérofriendly en France et en haute altitude. Que signifie hétérofriendly ? La clientèle est majoritairement lesbienne et gay mais les parents, ami(e)s de celle-là peuvent avec plaisir la rejoindre en dehors des nombreuses semaines à thèmes :

Semaine 100 % Filles pour plus de glamour du 14 au 21 janvier 2017

Semaines 100 % Men du 21 janvier au 27 janvier 2017 et du 4 mars au 10 mars 2017

Idéalement située à 1 850m, Comborcière se trouve dans le 4ème domaine européen de ski ce qui vous garantie un parfait enneigement. Vous en verrez donc de toutes les couleurs, des pistes bleues aux pistes noires. Vous partirez et reviendrez skis aux pieds au refuge. Le sauna ou le storvatt vous donneront la bonne température: 37°C ! Et la cheminée illuminera vos beaux bronzages.

Malgré son nom prestigieux, la Principauté de Comborcière est un lieu simple, à l’image des montagnards. Ici, vous êtes dans un établissement convivial, authentique et sportif qui sort des sentiers battus, pour ceux qui ont envie de discuter, de se rencontrer vraiment.

+ infos : http://www.gay-provence.org/fr/a-3009/hotel-de-la-principaute-de-comborciere.html

6491326722714

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Hors normes : Alain Pérusse photographie votre énergie !

Alain Pérusse photographie votre énergie !
ou l’épopée de la spectrographie…


Connaître son profil énergétique, c’est connaître nos faiblesses et les pathologies qui nous guettent pour mieux les
combattre. Pour ce faire, Alain Pérusse fait des photographies énergétiques. Ce n’est pas une plaisanterie, ni un effet de mode, mais le fruit d’une recherche acharnée, née d’un rêve de jeune homme dans les années 50. Récit.

Mort dʼune feuille…
Ci-dessus, la feuille vient dʼêtre détachée de la plante mère. À gauche, la zone rouge orangée, est le point vulnérable par lequel la plante commence à sʼéteindre, comparable à un organe humain par lequel commence une pathologie dégénérative.


Une photographie des mains peut diagnostiquer les dysfonctionnements énergétiques et tenter de prévenir ou guérir petites et grandes pathologies.

Vue Mer : D’où est née cette idée de photographier les énergies ?
Alain Pérusse : à 17 ans, j’ai fait la rencontre fortuite de l’abbé Moreux, astronome à Bourges et découvert la photographie astronomique, puis toute la panoplie de l’art photographique. Pris de passion pour cet art, j’ai décidé d’y consacrer une bonne partie de mon temps. J’ai fait la part belle à l’expérimentation en photographiant les végétaux, les animaux et la matière inerte. Cette rencontre avec l’abbé Moreux fut un réel facteur déclenchant, quand il me fit observer la régularité d’une toile d’araignée photographiée sur une plaque de verre. La toile démolie le soir était photographiée le matin après sa reconstruction. Chaque jour cette plaque de verre se superposait à la précédente, si bien qu’à la fin de la semaine, on pouvait observer avec une grande précision les superpositions de la trame de la toile. Comment une araignée pouvait-elle être si précise dans son oeuvre ?

L’idée de photographier le mouvement et la vie était déjà claire dans votre esprit ?
A partir de cet épisode de la toile d’araignée, j’ai voulu photographier la vitalité d’un être vivant, la reproduire et la rendre lisible sur un cliché. Au début des années cinquante, cette idée paraissait totalement farfelue ! Mais l’idée ne m’a plus quitté…

Quand avez-vous eu la conviction que la technologie allait vous permettre de réaliser votre machine ?
La certitude que mon projet allait voir le jour m’est venue en 1970, quand ont été révélées les expériences du Russe Kirlian, qui mit au point un générateur de fréquences capable de reproduire une énergie en mouvement sur
écran et de visualiser enfin cette énergie, jusqu’ici invisible, circulant dans notre corps. Pour fixer ces observations sous forme de photographie, la technologie n’était pas encore au point, il fallait donc la concevoir.

Avez-vous oeuvré seul dans votre coin ?
Après 3 ans de recherches à Paris, j’ai eu la chance de rencontrer des chercheurs, un physicien et des médecins, qui prirent mon projet très au sérieux. La somme des connaissances de chacun a débouché sur la construction d’un générateur en suivant des données techniques rigoureuses. Pendant que nous mettions au point cet outil, en Allemagne, les docteurs Voll et Mandel établissaient des rapports avec l’énergie vitale et les points d’acupuncture. Ils ont élaboré une véritable carte des énergies regroupées dans les mains et plus particulièrement à l’extrémité des doigts et des méridiens. Ces points terminaux, divisés en secteur, représentent chaque organe du corps.

Cette carte allait devenir un outil de diagnostic précieux. La machine naquit enfin! Munie d’une électrode à sa surface, elle permettait de photographier l’extrémité des doigts. Les clichés montraient clairement des bioluminescences en forme de couronne, symbolisant le rayonnement énergétique des zones photographiées. La maitrise technique était atteinte… mais il fallait pousser plus loin ma connaissance en termes de réflexologie, d’acupuncture, de radiesthésie et de magnétisme, pour donner une interprétation et proposer un diagnostic.

Combien de temps vous-a-t-il fallu pour que tout cela devienne une discipline ?
Après 3 années d’études et de pratique, il m’était possible d’enregistrer le flux énergétique du corps au moyen de ce générateur, puis d’en donner l’explication et l’interprétation. Le cliché est ensuite reproduit sur papier photographique ou toute autre émulsion, montrant les couronnes des doigts des mains et des pieds. Il permet ensuite, après interprétation, de déterminer avec exactitude la constitution ou le profil du sujet.

Votre technique n’est-elle pas soumise à une technologie un peu approximative ?
Au début, oui. Il y avait une certaine instabilité dans le rayonnement observé et les clichés étaient soumis à quelques variations lors du passage sur le papier. Mais les technologies numériques actuelles nous ont permis de nous éloigner progressivement de ces imperfections.Comment nommez-vous votre discipline ?
Sur le plan technique: “spectrographie”; ce qui est en quelque sorte une radiographie de la structure énergétique du corps humain. Le principe est simple, on photographie les extrémités des doigts au moyen d’une caméra (le temps d’une photographie courante). Le cliché est enregistré dans un ordinateur afin d’obtenir un dossier. Ensuite le spécialiste analyse (durant 2 heures environ) le cliché obtenu. Le bilan est adressé ensuite au patient. Chaque doigt est composé de plusieurs secteurs et organes, comme l’indique ici le cliché. Chaque secteur et organe sont
étudiés en fonction de la structure du rayonnement luminescent, ainsi l’analyse peut être globale ou extrêmement ciblée.Qui vous consulte et pourquoi ?
La plupart de mes patients sont des individus qui recherchent une alternative à la médecine traditionnelle qui a tendance à dissocier les causes, les conséquences et les organes. On sait que certains facteurs psychologiques peuvent déclencher de graves pathologies. Il s’agit de mettre en évidence les mécanismes qui ont mené ou mèneront à telle ou telle pathologie. Après le diagnostic, j’essaie de guider le patient vers tel ou tel type de médecine : allopathique traditionnelle, chinoise, phytothérapie, travail psychologique, méditation, etc.Les résultats obtenus, suite aux diagnostics d’Alain Pérusse, sont souvent surprenants. La proximité avec ses patients lui permet d’orienter ces derniers vers un soin approprié. Profitez du Salon du Bien-Être à Toulon pour prendre un premier contact avec lui. Tout ce que vous risquez, c’est d’en apprendre un peu plus sur vous-même !

Le contacter
Alain Pérusse
04 94 49 61 46
06 84 36 50 70

 

“Ces énergies qui nous animent”
Le dernier livre d’Alain Pérusse
prix : 22euros

Enregistrer

Philippe et Hubert, L’Ile aux Mimosas

 

Philippe et Hubert vous reçoivent  au cœur du vignoble des Côtes du Roussillon, dans les Corbières catalanes (Pyrénées orientales). Gay Tourisme Magazine leur a posé 3 questions…

 

Quels sont les plus beaux attraits de votre région ?

Le village de Tautavel est célèbre depuis 1971 après la découverte dans la Caune de l’Arago du crâne de l’homme de Tautavel, le plus vieil homme préhistorique d’Europe (-450 000 ans). Une visite au musée de la préhistoire avec ses animations vous plongera dans la nuit des temps.

Point de départ pour visiter les châteaux cathares, vous découvrirez une succession de reliefs vallonnés avec de magnifiques panoramas de la mer aux montagnes.

Ici la nature est encore sauvage et préservée, le ciel y est aussi limpide que l’eau des rivières. La région est propice à la baignade dans les cascades des gorges calcaires.

Pourquoi avez-vous choisi de promouvoir votre activité sur Gay Provence ?

Nous avons choisi Gay Provence parce que nous souhaitons accueillir de la clientèle Gay et Lesbienne comme n’importe quelle autre clientèle, autre raison pour laquelle nous n’accueillons pas uniquement des couples homosexuels. Nous favorisons l’intégration des couples, tous les couples sans aucune différence. Notre maison ne cultive pas la différence, elle est ouverte à tout le monde à condition de respecter notre manière de vivre. Il est déjà arrivé qu’un couple (hétéro) nous quitte dès le premier jour parce qu’ils ne se sentaient pas à l’aise, j’avais remarqué le regard réprobateur du Monsieur quand il avait compris que le deuxième homme qui le servait vivait sous le même toit et qu’aucune madame ne venait faire le ménage… Il arrive aussi parfois que des messieurs avec leur dame soient désorientés quand ils s’aperçoivent de notre situation, nous savons alors faire preuve de tact pour dissiper ce trouble.

En résumé, nous nous comportons comme nous aimerions être accueilli quand nous allons séjourner dans une autre maison d’hôtes sans avoir précisé à la réservation que la chambre réservée pour 2 personnes sera occupée par 2 hommes. Il est assez désagréable que l’on vous propose une chambre à 2 lits et de devoir répondre que le grand lit nous convient très bien. Notre affiliation à Gay Provence est l’assurance pour nos hôtes qu’ils se sentiront tout de suite à l’aise.

Quel est le plus beau compliment que vous avez reçu ?

Notre plus beau compliment est difficile à choisir car nous en avons tellement (sic) :

« Une magnifique demeure comme celles qui vous racontent une histoire. « 

« L’accueil de nos hôtes fut chaleureux comme dans une maison de famille remplie d’objets qui ont une histoire. »

« La demeure est splendide, riche de mobiliers et objets qui vous transportent dans l’enfance. »

« Agréable séjour de part l’accueil, la simplicité chaleureuse, le site ressourçant et le charme de la maison à l’âme réinventée. »

Mais notre préféré que nous venons de relire sur notre livre d’Or est celui ci:

« Un oasis de paix et de charme dans cette Ile aux Mimosas aux trésors du passé. Le choix des belles choses et l’art de les réunir pour rescuciter cette vieille maison et nous l’ouvrir pour profiter avec votre gentillesse de ce cadre exceptionnel. »

66 pyrenees orientales ile aux mimosas

Contact
L’Ile aux Mimosas
Philippe Vernier / Hubert Paul
18 rue Victor Hugo
66720 Tautavel France
Tel : +33 4 30 04 14 86
Mob : +33 6 80 54 30 58

Voir la page sur Gay Provence : http://www.gay-provence.org/fr/a-6482/l-ile-aux-mimosas.html

3 questions à Bertrand, le Moulin du Pont

 

Quels sont les plus beaux attraits de votre région ?

Je suis dans le Berry à 50 km au sud de Bourges. Il y a de nombreux châteaux et jardins à visiter au alentours et notamment le château de George Sand à 30 min de la maison. Vous trouverez également à 20 km, la foret de Tronçais, classée par M. Colbert, pour la qualité de ses chênes qui mesurent plus de 30 mètres de haut et qui était utilisés autrefois pour la construction de Goélettes et aujourd’hui pour fabriquer des tonneaux pour la production de Cognac et d’Armagnac.

Coté gastronomie il y a de nombreux petits restaurants de campagne aux alentours proposant des spécialités Berrichonnes avec du boeuf Charolais. Une visite au musée Saint-Vic vous permettra de mieux connaître les traditions et coutumes berrichonnes.

Pourquoi avez-vous choisi de promouvoir votre activité sur Gay Provence ?

 Je suis très heureux de recevoir des couples gays de France mais aussi de l’étranger pour leur faire connaître ma région et ses attraits. Le bord de mer ça va un temps mais il y a beaucoup d’autres choses à voir en France ! Et puis cela redonne de la vie à cette ancienne ferme qui a du arrêter ses activités agricoles pour se reconvertir dans le tourisme.

 Quel est le plus beau compliment que vous avez reçu ?

 On me complimente le plus souvent sur le calme et la tranquillité des lieux. Le jardin est traversé par une rivière avec un beau moulin que je suis en train de restaurer. Ici mes hôtes peuvent prendre leur temps… c’est la garantie d’un repos total !

Contact

Le Moulin du Pont
Bertrand Regnault de la Mothe

18170 Marcais France
Tel : +33 2 48 96 44 43
Mob : +33 6 15 05 43 06

3 questions à Rodolphe et David, Le 1900 en Normandie

Quels sont les plus beaux attraits de votre région ?

Le plus beau et, bien sûr, le plus célèbre, c’est le Mont Saint Michel, à quinze minutes de la maison. Le monde entier se déplace pour le visiter. Notre situation est assez exceptionnelle car nous sommes précisément entre Rennes, Saint-Malo et le Mont Saint Michel : au beau milieu de la haute Bretagne et de ses principaux attraits.

Pourquoi avez-vous choisi de promouvoir votre activité sur Gay Provence ?

D’abord parce que nous sommes un couple gay et que nous trouvions sympa de recevoir d’autres gays. Mais nous ne recevons pas une clientèle exclusivement gay. Nous aimons les mélanges. D’ailleurs nous recevons des familles, avec leurs enfants, qui sont passées par Gay Provence, ou des clients qui ne sont pas forcément au courant. Ce qui compte pour nous c’est que chacun repart satisfait de notre accueil et peut-être avec moins de préjugés. Enfin Gay Provence est une référence internationale qui attire chez nous de nombreux étrangers et nous en sommes ravis !

Quel est le plus beau compliment que vous avez reçu ?

Notre livre d’or est assez impressionnant. Au point que je le feuillette souvent les larmes aux yeux. Avant Le 1900, je me produisais en tant que magicien. Si j’ai cessé cette activité, je fais en sorte que nos hôtes vivent leur séjour comme si c’était un spectacle. Notre slogan c’est : «ici vous êtes ailleurs». Un jour un  visiteur m’a dit : « Le 1900 est l’un de vos plus beaux tours de magie ».

Retrouvez le 1900 sur Gay Provence : http://www.gay-provence.org/fr/a-6051/le-1900.html

 

3 questions à… Serge et Chris, le Divin Mélange

 

Quels sont les plus beaux attraits de votre région ?

Nous avons la chance de nous situer dans unerégion extrêmement préservée. Dotée d’un patrimoine historique et culturel assez exceptionnel. Même après dix jours, nos visiteurs ont le sentiment de ne pas avoir tout exploré. Chez nous, les amoureux des grands espaces sont comblés car il n’y a pas de fil électrique à l’horizon. Et les gourmands se régalent à notre table d’hôtes où je n’utilise que des produits régionaux de grande qualité. Enfin, notre hôtel particulier séduit les amateurs d’histoire en général.

Pourquoi avez-vous choisi de promouvoir votre activité sur Gay Provence ?

Cela peut paraître un peu trop évident mais, étant un couple gay, il nous paraissait plus facile de recevoir d’autres couples gays. Nous nous efforçons de proposer un accueil qui correspond exactement à ce que nous, nous attendrions si nous étions clients. Nous sommes un établissement gay et lesbien et nous avons la volonté d’accentuer la tendance avec les années.

Quel est le plus beau compliment que vous avez reçu ?

Ce qui revient le plus souvent, c’est la qualité de notre accueil et notre gentillesse. Pardon pour cette immodestie ! Je suis toujours attristé lorsque j’apprends comment d’autres maisons reçoivent leurs invités. Personnellement, je considère que l’on ne peut pas exercer cette activité si l’on n’aime pas les gens. C’est un minimum ! La simplicité, également, est saluée par nos visités. Moi qui ai une vie très « jet set », par ailleurs, je connais nombre de « people » qui apprécient la convivialité de notre demeure. C’est ainsi que nous avons régulièrement de grandes stars américaines qui viennent se ressourcer entre nos murs, en toute discrétion.  Dissimulées sous une casquette, elles peuvent tous les jours aller prendre leur café incognito au village, sans jamais être importunées.

Voir le Divin Melange sur Gay Provence

3 questions à… Marie-José et Christine, Villa Corisande

Villa Corisande

Quels sont les plus beaux attraits de votre région ?

D’abord l’authenticité, la douceur de vivre. C’est un pays de cocagne. Le climat, les produits mais également la gentillesse des
habitants sont assez exceptionnels. Moi qui vient de Paris et qui ai beaucoup voyagé, je peux vous dire qu’il n’en est pas de même partout. D’ailleurs nous recevons de nombreux étrangers, anglosaxons en majorité, très sensibles à cette ouverture d’esprit. Ils se sentent immédiatement comme chez eux. La nature est généreuse. Et la nature humaine aussi. Du point de vue historique, enfin, nous résidons dans une région où chaque coin de rue, chaque maison, a conservé beaucoup de caractère. Tout en restant ouvert à la modernité bien sûr.

Pourquoi avez-vous choisi de promouvoir votre activité sur Gay Provence ?

C’est important que des personnes gays puissent se retrouver en confiance, en amitié, sans jugement, sans obligation de se justifier. Cela me semble la moindre des choses. Par ailleurs, je précise que nous sommes ouverts à tout le monde, gay ou
pas. Notre inscription sur le site manifeste un soutien à un organisme comme Gay Provence qui a le mérite d’exister.

Quel est le plus beau compliment que vous avez reçu ?

Ce qui revient le plus souvent, c’est que nos hôtes, toutes nationalités confondues, se sentent bien. Il y a de bonnes ondes dans notre maison. Le jardin, les roses, les lavandes, calment nos visiteurs. Nous sommes très attentifs
à l’accueil et au bien être de ceux qui nous rendent visite, tout en veillant à être relativement discrets. L’autre jour, nous recevions une famille qui s’était déplacée à l’occasion d’un enterrement. En partant, la dame m’a confié : « Je suis arrivée chez vous le coeur noué. Je repars apaisée. »

Villa Corisande
27, boulevard National
24500 Eymet
Mob : +33 6 08 18 89 71
Tél : +33 9 51 56 92 70

Voir la Villa Corisande sur Gay Provence

Une maison en Normandie pour les hôtes … et leurs chevaux !

Anne Bourbeau : Une maison en Normandie pour les hôtes … et leurs chevaux !

Vous rêviez de (re)découvrir la Normandie, ses vallons verdoyants, son patrimoine, son front de mer tantôt sauvage, tantôt hupé ? Anne Bourbeau vous invite à le faire lors des Equidays. Elle vous accueille dans leur havre de paix… avec ou sans cheval !

D’ou vient cette idée d’accueillir à la fois hôtes et chevaux ?
J’ai longtemps monté à cheval, et lorsque j’ai quitté la capitale pour m’installer ici et m’adonner à faire de cette ancienne bouillerie la maison que l’on connaît aujourd’hui, j’ai réservé prés et boxes pour accueillir ceux qui viennent chevaucher dans le pays d’Auge.

C’est cette passion du cheval qui vous donne envie de soutenir les Equidays ?
Biensûr, je n’ouvre pas ma maison qu’au moment des Equidays ! Je reçois toute l’année tout type d’hôtes et propose un tas d’activités ou de week-ends à thèmes. Mais les Equidays sont une manière différente de silloner la région au travers de différentes manifestations liées au cheval : spectacles, concours, démonstrations et même une broquante autour du cheval. Un bon prétexte pour choisir la Normandie à cette époque de l’année aussi !

Que proposez-vous comme activités ?

Avec un jardin d’un hectare, il était évident de proposer des cours de cuisine ou des ateliers confiture, par exemple. Mais à chaque fois, j’essaie de proposer quelquechose de différent comme des cours de cuisine de curiosité. Au printemps, on pourra apprendre à cuisiner les fleurs, bâtir un menu complet autour du chocolat, ou encore un repas blanc ou rose… J’accueille aussi des séniors gays avec possibilité de pension complète pour des durées plus ou moins longues, mais aussi des personnes en convalescence… Ensemble nous vivons au rythme de leurs besoins et adaptons nos activités (balades, musées, cueillette, etc.).

Qu’est-ce qui caractérise le mieux “les petits matins bleus” ?

Les deux gites ont reçu 3 étoiles, j’y privilégie l’accueil et la convivialité et suis très attentive aux détails qui font la différence avec les hôtels impersonnels !

 

Contact :
Anne Bourbeau
« Les Petits Matins Bleus»
Chemin de la Bouillerie
14140 Sainte Marguerite de Viette
www.petitsmatinsbleus.com
Tel : +33 (0)6 09 94 28 78

Interview : Loïc Chovelon, MP2

 Loic Chovelon « MP2 compte sur la clientèle gay »

http://www.mp2.aeroport.fr/

Loic Chovelon, directeur de la communication du terminal low-cost MP2, se félicite de l’engouement des provençaux pour le voyage, à quelques jours du premier anniversaire. Au coeur de cette réussite, Loic Chovelon reconnaît l’impact de la clientèle gay.

Quelles sont les destinations prisées du terminal MP2 ?

La Scandinavie est la grande surprise. 25 000 scandinaves sont venus à Marseille par les nouvelles lignes. Les provençaux partent plus volontiers vers le Maroc, les logiques touristiques Nord/Sud ne sont pas chamboulées. Il y a des destinations émergeantes comme Glasgow, une vieille ville qui s’est transformée avec de grands clubs. Au Royaume-Uni la communauté gay est la plus importante.

Combien de personnes ont déjà fait appel aux services de MP2 ?

Nous avons dépassé les 800 000 passagers. Les provençaux ont largement répondu à cet appel et ont adhéré au concept : l’Europe à partir de 20 euros l’aller simple. Jusqu’à présent les difficultés d’accessibilité avec les correspondances, la tarification élevée empêchaient le développement du voyage. Nous savons que la clientèle gay bouge beaucoup plus que les autres. Cela s’explique peut-être par une ouverture d’esprit plus grande et moins d’obligations familiales. Aujourd’hui 54% de notre clientèle a moins de 34 ans et la communauté gay est abondamment représentée. Nous constatons que beaucoup plus de personnes partent avec l’envie de faire la fête que de bosser. (Rires)

La rubrique gay-friendly dans votre site Internet est-elle une nouveauté dans le voyage ?

La grande innovation dans le voyage c’est la plus grande facilité à se déplacer. La communauté gay est très réputée pour ses affinités culturelles, la découverte des personnes et de lieux peu connus. Il était dans la logique de créer une rubrique dans cet esprit..

La valorisation du patrimoine et la promotion de certains évènements gay en Provence sont-ils un atout pour le développement MP2 ?

Le challenge présent est de bouger les provençaux vers la découverte de nouvelles cultures, de lieux et monuments pour l’aspect culturel. La cible clubbing marche très bien. Il est possible d’arriver à 22 heures à Dublin, de passer la soirée et de revenir le lendemain en dépensant moins d’argent que dans un bar familier dans la région provençale. La clientèle gay est très intéressée par toutes ces possibilités. Notre objectif est de travailler avec des associations spécialisées dans le domaine gay pour améliorer l’accueil et le départ des voyageurs et notamment ceux de la communauté gay.

Connaissiez-vous GayMag et l’association Gay Provence ?

En terme de référencement, GayMag est l’un des meilleurs magazines en ligne. C’est un support intéressant de part sa charte et sa qualité. L’association Gay Provence occupe une place importante pour la communauté.

Propos recueillis par Grégory MARTIN-AUDE